Choix du secteur :
Se connecter :
 

Dans le cadre de l’opération « Invitez le monde à votre table », le Crous Bourgogne-Franche-Comté recherche sur l’agglomération de Besançon et ses alentours, des habitants qui souhaitent accueillir, le temps d’un repas dominical, un ou plusieurs étudiants internationaux qui viennent d’entamer leur année universitaire. Les personnes désireuses de participer à cet évènement ont jusqu’au 12 novembre pour s’inscrire en remplissant le formulaire en ligne disponible sur www.crous-bfc.fr

 

La rentrée universitaire se tiendra de façon échelonnée à partir de la semaine prochaine. Cette année encore, le CROUS sera aux côtés des étudiants bourguignons et francs-comtois pour les accompagner au mieux au quotidien. Dans un contexte difficile, il est nécessaire de mettre en place  les soutiens nécessaires. Rencontre avec Christine le Noan, directrice générale du CROUS Bourgogne Franche-Comté.

Pour cette nouvelle rentrée, le CROUS répond à la réforme universitaire d’avril dernier, qui prévoit une augmentation des bourses à tous les échelons et une hausse du nombre de boursiers. Dans ces conditions, la région Bourgogne Franche-Comté compte désormais 1670 étudiants boursiers supplémentaires. Soit 7% de ses effectifs. Ce qui représente une revalorisation de 37 euros. Selon le barème et la situation des jeunes, l’aide varie, sur une période de 10 mois, de 1451 euros à 7158 euros. En parallèle, il est également annoncé l’exonération des frais d’inscriptions, de la CVEC, la continuité des dispositifs des repas à un 1 euro et la mise en application d’une priorité pour l’attribution des logements sociaux gérés par la structure.

L’hébergement

Cela fait partie des préoccupations du CROUS Bourgogne Franche-Comté. Sa directrice ne cache pas « une véritable tension » dans ce domaine. Pour faire face à cette problématique, la structure se dit être « en prospection ». Elle est également à l’initiative d’une politique ambitieuse en matière de rénovation, de réhabilitation et de construction d’immeubles et de logements. C’est ainsi que la nouvelle résidence « La Comtoise » ouvre ses portes au sein de l’écoquartier Vauban.  105 nouveaux T1  y seront occupés la semaine prochaine. En parallèle, il est annoncé la fermeture de la résidence « Rousseau » et des 166 logements qui la constituait. Et ce, pour réhabiliter et moderniser l’endroit. La résidence Gérôme  connaîtra un chantier identique dans quelques mois.

La culture

Le CROUS soutient également la vie culturelle à destination des étudiants des campus bisontins. En cette rentrée, le café international (quai Vieil Picard), qui a rouvert  ses portes durant le 1er semestre 2023,  et  le théâtre de la Bouloie proposeront une riche programmation, composée d’évènements en tout genre. Cette année, le Crous, en partenariat avec le Lions Club, participera à la traditionnelle opération « bienvenue aux étudiants ». Le 12 septembre, il organisera une action de  solidarité pour permettre aux étudiants bisontins de pouvoir s’équiper à moindre frais. L’initiative se tiendra sur le parvis du restaurant universitaire « Lumière ».

L'interview de la rédaction   / Christine Le Noan, directrice générale du Crous

 La BAF, la fédération des étudiants francs-comtois, et ses partenaires s’opposent à la décision gouvernementale d’augmenter les charges locatives. En Bourgogne Franche-Comté, le CROUS va procéder à une augmentation à hauteur de 3,5%. Son Conseil d’Administration devrait aller dans ce sens le 30 juin prochain. Le collectif s’oppose « à toute augmentation des prix qui se feraient au détriment des étudiants ». Et de poursuivre : « c’est à l’état d’assumer la hausse des coûts liés à l’inflation ».

38è. C’est la position de la ville de Besançon dans le dernier classement de l’UNEF concernant les villes universitaires les plus chères de France. Si l’on tient compte de toutes les charges inhérentes à la vie d’un étudiant (transport, loyer, alimentation, …), le montant s’élève à 884 euros. Sans aucune surprise, c’est à Paris que la vie coûte la plus chère (1332 euros). Pour information, selon le syndicat étudiant, le loyer moyen, qui correspond à la principale dépense dans le budget, s’élève à 397 euros en moyenne. Le coût des transports est de 180 euros.

La précarité étudiante est une réalité. Avec la situation sanitaire actuelle du pays, les difficultés se sont renforcées. Se nourrir et se loger restent les priorités. Alors autant dire que s’habiller, se soigner et pouvoir se payer d’autres produits du quotidien sont relayés au second plan.

crous précarité etudiante 2

C’est la raison pour laquelle les associations et le Crous de Bourgogne Franche-Comté organisent des actions de solidarité. Ce jeudi matin, une opération s’est tenue sur le campus de la Bouloie à Besançon. Le Crous de Bourgogne Franche-Comté, en partenariat avec le Lions Club Gray, le Rotary Club, Inner Wheel et le Kiwanis Club, organisait une distribution de vêtements chauds, vaisselles, produits d’hygiène et d’entretien, … .

crous précarité étudiante 4

C’est grâce à une balade gourmande sur le secteur de Champlitte que cette action solidaire a pu voir le jour. 4800 euros, dont 4500 ont été alloués par les étudiants de l’université de Franche-Comté, ont été récoltés à cette occasion. L’argent recueilli a permis d’effectuer des achats si importants pour le quotidien et qui deviennent une denrée si chère lorsque la vie se complique et les petits boulots deviennent rares ou sont insuffisants. Comment réussir ses études dans ces conditions ? Un petit coup de pouce qui est le bienvenu, alors que l’hiver s’est installé et que les festivités de Noël approchent à grands pas.

Le reportage de la rédaction / Claude Bolot ( Pdt du Rotary Club de Gray). Eliane Corvisier ( pdte du Lions Club de Gray). Olivier Braun (reposnable de la sous-direction du développement durable au Crous BFC)

CROUS PRECARITE ETUDIANTE 3

Le Service universitaire de médecine préventive et de promotion de la santé (SUMPPS) invite les étudiants à se faire vacciner. Il leur donne rendez-vous les 9 et 10 septembre prochains dans ses locaux (45 C avenue de l’Observatoire). Pour obtenir un rendez-vous, il suffit de composer le 03.81.66.61.30

Ce jeudi 9 septembre, à partir de 15h, la CGT salariés-étudiants organise une distribution de fournitures scolaires 11 rue Battant, au centre-ville bisontin. Lors de la dernière année scolaire, le syndicat avait déjà mené des actions identiques dans la cité comtoise.

Créée en novembre 2020 lors du 2è confinement, l’association « Les Josettes » se mobilisent depuis pour venir en aide aux étudiants en situation de précarité. Pour subvenir aux besoins de ces jeunes, dont beaucoup ont perdu leur job en raison de la crise sanitaire, le collectif organise des distributions de denrées alimentaires et de produits d’hygiène à la fac de lettres. Elle tient également une permanence pour recueillir les dons, émanant de particuliers et de professionnels, avant de les redistribuer.

Cet été, la situation de certains étudiants, et notamment les étudiants étrangers, a grandement inquiété l’association. D’où la création d’une cagnotte sur le réseau social leetchi pour récolter des dons en monnaie sonnante et trébuchante. Aujourd’hui, les stocks sont vides, tant les besoins sont très importants. Alors pour éviter une rentrée universitaire compliquée et pouvoir répondre, avec tout le réseau des acteurs engagés dans la lutte contre la pauvreté, aux demandes et besoins, « Les Josettes » ont besoin de vous. « Depuis le début de l’été, nous recevons de nombreuses demandes d’étudiants qui sont dans le plus grand dénouement » confirme Viviane, la secrétaire de l’association.  

« En cette période de rentrée, les stocks sont au plus bas et la venue de nouveaux étudiants sur le campus est synonyme de nouveaux besoins. Afin de pouvoir démarrer l'année sereinement, il faut se préparer et cela passe par un réapprovisionnement de denrées alimentaires et de produits d'hygiène » conclut la responsable.

L'interview de la rédaction

Pour aider l’association : https://www.leetchi.com/c/collecte-pour-aider-les-etudiant-e-s-en-situation-de-precarite-financiere?fbclid=IwAR3F7roc8qQTccdFX9oyDWOPqTLbnYZSTboNLql_spSB4aWEQMfjXzx42O0

Pour répondre à la forte demande d’hébergement émanant d’étudiants à Morteau, le Centre Communal d’Action Sociale de la ville lance un appel aux propriétaires de logements de type 3 à 5 afin de proposer une colocation étudiante. L’hébergement chez l’habitant est également possible . A la rentrée prochaine, le lycée Edgar Faure de Morteau augmente ses effectifs et va accueillir des étudiants supplémentaires. Cependant, l’offre actuelle n’est pas suffisante. C’est la raison pour laquelle cet appel est lancé.

Comme le souligne Martial Bournel-Bosson, l’élu en charge de la jeunesse à la Ville de Morteau, la municipalité n’entend pas se substituer aux bailleurs, propriétaires et locataires mais elle souhaite tisser du lien entre toutes les parties. Pour rassurer également toutes les parties, la ville précise « que les élus et le CCAS se tiennent à la disposition des propriétaires et des jeunes pour s’assurer du bon respect des règles de vie en collectivité.

Les personnes qui souhaitent accueillir des étudiants, en échange bien entendu du paiement d’un loyer, peuvent dès à présent se faire connaître auprès du CCAS de Morteau, en composant le 03.81.68.56.86 ou en envoyant un mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

L'interview dec la rédaction / Martial Bournel-Bosson