Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce jeudi matin, la Dreal organisait une opération de contrôle des bus scolaires devant le collège de Pouilley-les-Vignes. La compagnie de gendarmerie d’Ecole Valentin et Grand Besançon Métropole, qui gère les transports scolaires sur ce territoire, ont été associés.   Ce sont dix bus de grande capacité et deux véhicules de moins de neuf places  qui ont été contrôlés par un binôme, composé d’un gendarme et d’un fonctionnaire. D’autres actions identiques seront menées sur le reste du territoire.

controle bus pouilley 2

Le contrôle porte sur l’état du véhicule, la présence des équipements de sécurité, la possession des documents administratifs obligatoires, les compétences du chauffeur et les temps de conduite et de repos. Ce jeudi matin, à Pouilley-les-Vignes, un bus a été immobilisé par les forces de l’ordre car certains équipements de sécurité étaient absents ou défectueux. L’extincteur réglementaire ne fonctionnait pas.  Sur un autre,  il a été constaté l’absence de l’éthylotest antidémarrage. Pour trois autres, les chauffeurs n’ont pas été en mesure de présenter un document administratif obligatoire. A savoir, la convention de service associant le prestataire à Grand Besançon Métropole. Comme il se doit, ces manquements vont être notifiés aux sociétés en question afin qu’elles régularisent leur situation.

CONTROLE BUS POUILLEY 4

L'interview de la rédaction / Laétitia Janson, responsable du département régulation des transports à la DREAL Bourgogne-Franche-Comté

Une pétition est lancée en ligne. Elle est à l’initiative d’usagers qui dénoncent des dysfonctionnements sur la ligne Mobigo Pontarlier/Besançon, via Ornans. Ils pointent, depuis la rentrée des classes, un service de bus perturbé. La fréquentation d’élèves,  « sans carte scolaire »,  qui utilise ce service empêcherait d’autres passagers d’utiliser ce moyen de locomotion « le matin et en fin d’après-midi, à 16h30 et 17h30 ». Occasionnant également du retard.

Un courrier a été envoyé à Marie Guite Dufay,  la Présidente de la Région Bourgogne-Franche-Comté, la collectivité gestionnaire des transports scolaires. Il y est notamment demandé « de décaler les horaires des bus scolaires concernés ».

Pour signer cette pétition : https://www.change.org/p/perturbations-dans-les-transports-mobigo-lr203-lr204?utm_content=cl_sharecopy_34535751_fr-FR%3A6&recruited_by_id=719c8d40-3e7e-11ed-958f-7f4a49a80404&utm_source=share_petition&utm_medium=copylink&utm_campaign=psf_combo_share_initial&utm_term=share_for_starters_page

La Ville de Pontarlier indique que le réseau TCP, géré par Keolis Monts Jura, procède à des ajustements concernant ses services scolaires en cette rentrée. Des arrêts et des horaires sont modifiés et des services sont supprimés sur les lignes 6 et 7 notamment. Il est précisé que la société Keolis « met tout en œuvre pour retrouver un service normal dans les semaines à venir ».

La question est posée. En début d’été, selon les derniers chiffres donnés par la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs (FNTV), 250 postes seraient encore à pouvoir pour assurer une bonne organisation des transports scolaires à la rentrée prochaine en Bourgogne-Franche-Comté.

Les raisons de cette désaffection sont multiples. L’attractivité pour le métier explique sans doute une grande partie de cette situation. Le professionnel étant obligé de mener le plus souvent une double activité pour vivre décemment. Une combinaison pas toujours évidente car les horaires à effectuer nécessitent une présence qui n’est pas modulable. Par ailleurs, il a été constaté que depuis l’épidémie de Covid-19, les chauffeurs les plus âgés ont déserté. Sans doute par peur de contracter la maladie.

Former de nouveaux chauffeurs

Dans les entreprises que nous avons contactées, où les responsables ont pris le temps de nous répondre, on reconnaît que la situation est tendue. Les patrons comptent sur la présence de leurs dévoués retraités pour pallier le manque de personnel. Il pourrait également être fait appel à des militaires. En tout cas, toutes personnes titulaires d’un permis de conduire B et D sont les bienvenues. L’heure est à la mobilisation dans les entreprises et à la formation. Philippe Demonteix, délégué régional à la FNTV Bourgogne Franche-Comté, explique qu’un travail est actuellement mené avec les institutions concernées ( Pôle Emploi, Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté,…) pour former de nouveaux chauffeurs. Affaire à suivre.

L'interview de la rédaction, Philippe Demonteix, délégué régional à la FNTV Bourgogne Franche-Comté

La Région Bourgogne-Franche-Comté, en charge des transports scolaires sur les trois départements francs-comtois, excepté le territoire-de Belfort, informe que l’inscription aux transports scolaires pour l’année scolaire 2022-2023 débutera le 7 juin.

Que ce soit pour une première demande de transport scolaire ou un renouvellement, il est obligatoire de faire une nouvelle demande en se connectant à partir du 7 juin 2022, sur : www.bourgognefranchecomte.fr/accueil-transport. Afin de faciliter l’accès aux transports scolaires dès la rentrée de septembre, il est conseillé de s’inscrire avant le 15 juillet 2022.

La FCPE du Doubs demande aux élus du Conseil Communautaire du Grand Besançon de se prononcer « en faveur de la gratuité des transports scolaires » et « incite ses adhérents à interpeler leurs élus locaux en ce sens ». Parmi les arguments apportés pour justifier cette position : des situations inéquitables entre les élèves domiciliés dans le Grand Besançon, qui doivent payer ces déplacements, et les autres, le principe de la gratuité de l’école, le pouvoir d’achat des familles et l’éducation à l’usage des transports collectifs. Précisons que sur ce territoire, 29% des enfants bisontins sont issus d’une famille monoparentale

Selon nos informations, en raison des conditions météo du jour, des perturbations sont à prévoir au niveau des ramassages scolaires. Les pluies verglaçantes du moment expliquent cette situation. On nous signale par exemple que les ramassages scolaires ne peuvent se tenir dans le secteur du Val de Morteau.

Les familles sont en colère. Elles le font savoir. Depuis la rentrée des classes, et plus particulièrement ces derniers jours, des dysfonctionnements ont été constatés au niveau des transports scolaires dans le Val de Morteau. Ce mardi matin encore, des collégiens et des lycéens ont vu passer des cars pleins, qui ne s’arrêtaient pas. Le dernier a poursuivi sa route et les jeunes ont dû se rendre en stop ou à pieds en classe. 

Les établissements scolaires reconnaissent ces difficultés. Les circuits qui desservent les communes des Fins, des Arces de Morteau, Grand ’Combe Châteleu et Montlebon, sont concernés. Contacté par notre rédaction, le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, qui assure la gestion et l’organisation des transports scolaires à l’échelle de son territoire, n’était pas au courant de ces problème et a assuré qu’il s’en intéressait. Affaire à suivre.