Choix du secteur :
Se connecter :
 

Le projet immobilier de la construction de deux immeubles à Saône, dans la zone pavillonnaire de la rue des Ronces, sème la discorde et suscite la colère des riverains. Les édifices mesureraient 12 mètres de hauteur et abriteraient 32 logements. Les travaux prévoient aussi la construction de 70 places de parking. Les habitants de ce quartier calme et paisible s’insurgent contre ce projet qui émergerait juste derrière leurs fenêtres. Le « Collectif 14 » a engagé une procédure aux côtés d’une avocate. La mairie de Saône à jusqu’au 15 mai pour y répondre.

 

Un projet « dans le dos des habitants »

Les panneaux qui témoignent du mécontentement des habitants fleurissent de plus en plus au sein de la zone pavillonnaire, sous la houlette d’une équipe qui s’érige en résistants. Il s’agit du « Collectif 14 », des habitants de Saône, qui refusent catégoriquement l’implantation de ce projet dans leur lotissement. D’autant plus que la plupart des démarches ont été faites « dans leur dos » regrettent-ils. « Je viens de Montreuil, en région parisienne. J’avais fait ce choix de vie de venir m’installer à la campagne, pour quitter ces zones bétonnées. Et ce choix va être remis en question, sans concertation. Nous n’avons pas été prévenu, nous avons découvert ce projet à la lecture d’un panneau apposé sur la porte. Ça va défigurer non seulement le quartier, mais aussi la commune » déplore Alain, un des riverains affectés. Des propos soutenus par Cyrille, un voisin, tout aussi remonté. « Je vais être complétement impacté parce que le projet est à 6 mètres de ma maison. De la luminosité, du calme, et de l’intimité ? Je n’en aurai plus. Avec mon épouse, on a travaillé toute notre vie pour acquérir un petit pavillon et le transmettre à nos enfants. Ce n’est pas juste. Le promoteur immobilier va juste gagner de l’argent sur notre dos ».

 

View the embedded image gallery online at:
https://pleinair.net/details/itemlist/tag/saone#sigProId0bf65a9d7f

 

Pas contre ce genre de projet, mais ailleurs

Pour trouver un terrain d’entente, plusieurs réunions se sont déjà tenues en mairie, et une médiation a été organisée entre le maire de Saône Benoit Vuillemin, le promoteur, le propriétaire du terrain et les riverains. Mais sans résultat concret. « Nous sommes face à une municipalité qui est plutôt favorable à cette construction, pour des raisons financières. Ils nous ont bien fait comprendre que ce projet était à but très lucratif, ce qu’on comprend. Mais à part ces trois-là, personne n’est gagnant. Alors qu’il y a des zones du villages qui seraient complètement adaptées et n’embêteraient personne » regrette Cyrille. Par ailleurs, les habitants de la rue des Ronces tiennent à être clair : ils ne s’opposent pas à la modernisation ni au renouvellement de leur commune. « Nous ne sommes pas contre ce genre de projet. C’est très beau. Mais pas n’importe où. Deux bâtiments de 12 mètres de haut, 32 logements, 70 voitures, ce n’est pas du tout adapté à notre quartier. C’est une zone pavillonnaire. Il faut garder cet esprit. Le projet doit être adapté à l’environnement, ce qui n’est pas du tout le cas ici. C’est une philosophie, personnellement ça m’embête qu’on fasse des immeubles dans les villages » poursuit Cyrille.

 

Cyrille et Alain, deux habitants de la rue des Ronces : 

 

Un impact sur le quartier, l’environnement et la sécurité

« D’ici quelques mois, je vais me retrouver avec un mur de 12 mètres et deux bâtiments énormes devant ma fenêtre. Des verrues dans le paysage. Aujourd’hui j’ai un paysage bucolique, une vue magnifique, et je vais être confronté à du béton » déplore Alain. Selon les riverains, en plus de corrompre le paysage, ce projet représente aussi une menace pour la sécurité du quartier, notamment pour les plus jeunes. « Nous avons une école et une école de musique, avec des enfants qui circulent à pied et à vélo, sans leur parent. Si du jour au lendemain, on a 50 à 70 voitures qui traversent le quartier, ça va être très problématique » s’inquiète Judith. Même constat pour la faune et la flore, omniprésente dans ce quartier très vert. « Nous sommes face à un beau jardin, avec des arbres de plus de 40 ans, des vergers et massifs de fleurs. On peut voir des hérissons qui se promènent tout l’été, des chauves-souris, des pics-verts. Et à la place, on va avoir deux tours de 12 mètres » déplore Myriam, une autre habitante de la rue des Ronces. « Si le propriétaire veut construire une maison il n’y a aucun problème. Mais pas ce type de projet qui n’a rien à faire dans le quartier. Qui aimerait avoir à la limite de sa propriété, des bâtiments aussi hauts, avec en plus des balcons qui donnent une vue plongeante sur nos propriétés. Plus aucune tranquillité ni intimité » poursuit-elle.

 

Judith et Myriam, deux habitantes de la rue des Ronces : 

 

Pour l’heure, un recours gracieux a été déposé par le biais de l’avocate du Collectif 14. La mairie de Saône à jusqu’au 15 mai pour répondre, sinon l’histoire risque de se prolonger au tribunal administratif.  

 

En lien, la cagnotte Leetchi du collectif : https://www.leetchi.com/c/collectif14

 

À la suite de la décision du préfet du Doubs de fermer le centre de vaccination de Micropolis, 4 autres centres seront créés, deux à Besançon, un à Saint-Vit et un dernier à Saône. L’objectif est notamment de permettre aux habitants de la couronne périurbaine de se vacciner au plus proche de chez eux.


Livraison des doses prévues pour le 10 janvier

Le centre de vaccination ouvrira ses portes le 10 janvier. Même si tout est déjà prêt pour permettre aux gens de se vacciner, seules les doses manquent à l’appel. Elles seront livrées au centre le 10 janvier. 1000 doses de vaccin Moderna seront reçues. Les prises de rendez-vous se font via la plateforme Doctolib, ou par le biais de la maison France Services de Saône. Les personnes âgées de plus de 65 ans pourront s’y rendre sans rendez-vous. Le succès est déjà au rendez-vous puisque tous les rendez-vous suivant les trois jours d’ouverture ont déjà trouvé preneurs.
 

Interview de la rédaction, Benoit Vuillemin (Maire de Saône) :

La ligne 225.000 volts reliant les postes électriques de Champagnole, dans le Jura, et de Saône, dans le Doubs, est un axe important, notamment pour l’alimentation des agglomérations de Pontarlier et de Besançon. Construite dans les années 1940, cette ligne présentait des signes de vieillissement. Afin de conserver sa qualité de service, RTE, le réseau de transport d’électricité, a décidé de rénover 137 pylônes existants et d’en remplacer 16, ainsi que l’intégralité des câbles électriques.

 

137 pylônes et 52km de câble

 

Le tracé de la ligne reste inchangé : il traverse 25 communes du Doubs et du Jura et des zones naturelles sensibles. Les travaux préparatoires ont démarré au mois de mars, notamment avec la réalisation des pistes d’accès. Le renforcement des fondations et la rénovation des 137 pylônes existants sont terminés. Il s’agit désormais d’installer les nouveaux pylônes et de démonter les anciens. L’opération se déroule en 4 étapes : décrochage des câbles, démontage du pylône, levage du nouveau pylône, puis accrochage des câbles. Ces travaux, ainsi que l’installation des nouveaux câbles se déroulent de septembre à novembre.

 

Préserver l’aspect environnemental

 

Un écologue est associé depuis le début du projet. Ses recommandations ont contribué à adapter les modalités du chantier aux exigences de protection environnementale. L’ensemble des matériaux sont revalorisés par une entreprise locale de recyclage. La dernière étape se poursuivra jusqu’en mai 2022 et consistera à restituer l’ensemble des zones d’accès et de travaux à leur usage premier. La remise en service de la ligne est prévue pour fin novembre 2021. Ce projet représente un investissement de 26 millions d’euros.

 

Interview de Sylvain Lebeau, directeur RTE Est :  

 

En images : Changement d'un pylône sur la commune de Fertans :

 

View the embedded image gallery online at:
https://pleinair.net/details/itemlist/tag/saone#sigProIdf64cab3f57