Choix du secteur :
Se connecter :
 

Dans le cadre d’un partenariat, entre le relais petite enfance et la communauté de communes du Plateau du Russey,  un temps d’échanges et d’information sera organisé ce samedi matin, de 9h à 12h, à Bonnétage. Toutes les personnes qui ont envie de se renseigner sur le métier d’assistant.e maternel.le  et , pourquoi pas, l’exercer, pourront obtenir un maximum d’informations auprès de professionnels présents. « Les visiteurs pourront échanger sur le métier et son évolution, sur la relation avec les enfants et les familles, sur la pratique ou encore sur la construction d’une carrière » explique Valérie Pagnot, maire de Bonnétage.

Sur le Plateau du Russey, le recrutement d’assistant.e maternel.le revêt également un enjeu économique de premier ordre. La Communauté de Communes et ses 12 villages adhérents se sont saisis de cette problématique. Une maison d’assistante maternelle a vu le jour, mais elle doit s’accompagner par l’installation sur le territoire de professionnels, hommes ou femmes, au sein de la structure existante ou à domicile. Valérie Pagnot espère que cette initiative saura susciter des vocations. « Les personnes pourront venir en famille. Des ateliers seront proposés pour occuper les enfants afin de permettre à leurs parents d’échanger en toute quiétude » explique l’élue du Haut-Doubs

Le rendez-vous est fixé ce samedi 4 novembre, de 9h à 12h, au pôle enfance de Bonnétage

L'interview de la rédaction : Valérie Pagnot

 

Le Centre Communal d’Action Sociale de la ville de Pontarlier recrute des auxiliaires de puériculture, des éducatrices de jeunes enfants, des professionnelles disposant d’un CAP petite enfance, des puéricultrices et des assistantes maternelles agréées. Les personnes recrutées travaillent au sein d’une équipe pluridisciplinaire. Ces professionnels de la petite enfance sont chargés de la prise en charge des enfants de moins de 6 ans et de leurs familles.

Les personnes intéressées peuvent contacter Myriam Decreuse au CCAS de Pontarlier – Service d’Accueil Petite Enfance, 6 rue des Capucin, à Pontarlier. Tel : 03.81.46.51.36. Par mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Dans un souci de répondre aux besoins des habitants de son territoire, la commune de Bonnétage, près du Russey, dans le Haut-Doubs, s’est doté d’un bâtiment entièrement dédié à la petite enfance et à l’enfance. Il est composé d’une maison d’assistantes maternelles, qui accueille les enfants de 0 à 4 ans. Quatre assistantes maternelles travaillent en son sein. Ce qui permet d’accueillir 16 enfants. En parallèle, une autre partie du pôle, entièrement sorti de terre, est réservé à l’accueil périscolaire. Il permet de recevoir les enfants du RPI, scolarisés à l’école de Bonnétage, résidant dans cette commune, et en provenance également des villages des Fontenelles et de Saint-Julien.

Un projet de 1,2 millions d’euros

Le coût de cette belle initiative s’élève à 1,2 million d’euros. La commune a obtenu des aides à hauteur de 66%. Valérie Pagnot,  la maire de Bonnétage, également conseillère régionale, explique que « la question de la petite enfance est très prégnante en milieu rural ». « Nous sommes beaucoup interrogés sur les modes de garde, avec notamment une large amplitude horaire pour les frontaliers et les personnes exerçant dans le commerce » ajoute l’élue. Et de poursuivre : « Il faut pouvoir avoir les structures nécessaires. Par ailleurs, les assistantes maternelles se font de plus en plus rares. Il convient donc de trouver d’autres solutions ».

La structure fonctionne depuis le début d’année. En janvier dernier, la maison d’assistantes maternelles a ouvert ses portes. Le périscolaire lui a emboîté le pas en mars dernier.

L'interview de la rédaction : Valérie Pagnot, Maire de Bonnétage

 

 

Le 11 avril dernier, une enquête menée par l’IGAS a été publiée. Ce rapport relate de nombreuses situations de maltraitance dans différents établissements et propose également plusieurs directives pour tenter de remédier à cela.  C’est dans ce contexte que la rédaction de Plein Air est allée à la rencontre de Lucie Troutet, chargée de communication et responsable de la vie associative à l’UDAF du Doubs,  et Gil Grosperrin, directeur de la fédération Familles Rurales du Doubs,  pour mieux comprendre leurs actions respectives et la manière dont ils entendent se saisir des résultats de cette enquête nationale.

Qu’est-ce que le rapport IGAS ?  

Suite à une demande du ministre des Solidarités, l’inspection générale des affaires sociales a réalisé une enquête qu’elle a publiée début avril, dans un contexte tendu. En effet, en plus d’une pénurie de personnels, plusieurs mois auparavant, une jeune enfant de 11 mois mourait dans une micro-crèche lyonnaise. Prenant en compte de nombreux critères,  tels que la formation des professionnels, ou encore la sécurité et le développement des jeunes enfants, les enquêteurs se sont immergés dans 36 établissements à travers la France. 
Les investigations ont révélé une qualité d’accueil très hétérogène. Alors que dans plusieurs établissements, l’intérêt du tout petit est au centre des réflexions, un certain nombre de points restent inégalitaires : nombre d’effectifs, formation du personnel, état des bâtiments intérieurs et extérieurs, etc. 

Zoom sur la Bourgogne-Franche-Comté 

Lucie Troutet représentante de l’UDAF, reconnaît que l’offre et la demande ne sont pas en adéquation. Trop de parents rencontrent des difficultés pour trouver un mode de garde pour leur enfant. Elle dénonce également les trop faibles indemnisations des congés parentaux, qui constituent l’une des raisons pour lesquelles ces derniers reprennent plus rapidement le travail  et placent leur enfant dans des structures d’accueil, déjà surchargées. La structure associative ne cesse de porter la voix des familles auprès des différentes instances qu’elle rencontre. Grâce à son engagement, elle a obtenu, par exemple, l’allongement du congé paternité. Beaucoup d’autres sont encore discutées, comme la remise en question du taux d’encadrement, la rémunération des prestations, la revalorisation du métier d’assistante maternelle, … .

L'interview de la rédaction

Soutenir le monde rural

Gil Grosperrin, directeur de la fédération Familles Rurales du Doubs,  plaide, quant à lui, pour la cause des familles en zone rurale. Il défend le nombre important de structures qui fonctionnent correctement et qui sont en adéquation avec le bien-être de l’enfant. Après avoir pris connaissance du rapport de l’IGAS qu’il qualifie de « bien fait », il reconnaît des difficultés,  telles que le manque de personnel. La responsabilité liée au métier, les salaires et les conditions de travail ne sont pas occultés.   Il a conscience de la complexité de la situation, mais tient à rester positif quant à l’avenir de la profession. Il constate les avancés et les remises en question permanentes pour accompagner eu mieux les enfants et les familles.

L'interview de la rédaction

 

Ce mardi, la Ville de Besançon, organisait une grande journée de formation à destination des 250 professionnels qui forment le secteur de la petite enfance de la cité comtoise. Parmi eux, des auxiliaires de puériculture, éducateurs, agents, assistants socio-éducatif, … qui travaillent dans les 14 crèches municipales de la ville et la crèche familiale. Pour ce premier rendez-vous, qui en appellera d’autres,  les équipes ont travaillé sur le thème de la cohésion d’équipe, qui avait été choisi par les personnels lors d’une concertation.

A travers cette démarche, la Ville de Besançon souhaite renforcer le travail d’équipe, instaurer le partage des pratiques et améliorer les conditions des enfants. Pour ce faire, la formation s’est déclinée en deux temps. Une conférence participative, animée par deux formatrices en communication bienveillante, fut proposée le matin. L’après-midi, les participantes ont présenté des ateliers expérimentés sur le terrain et mettant en exergue un point fort de leur pratique.  « Agir de manière concertée », « Accueillir la différence et vivre ensemble », « tâche partagée et polyvalence », … sont quelques-unes des expériences déclinées.

Plus qu’un lieu de garde

Marie Etevenard, conseillère municipale à la petite enfance et à la parentalité à la ville de Besançon,  reconnaît que l’accueil des enfants en crèche a évolué. Ces établissements ne sont pas que des lieux de garde, mais ce sont aussi des établissements éducatifs,  où la prise en charge de l’enfant est entière. Ce mercredi, c’est la rentrée dans les crèches bisontines. A Besançon, 600 places sont à la disponibilité des familles.

L'interview de la rédaction / Marie Etevenard