Choix du secteur :
Se connecter :
 

Avec un parcours historique en coupe de France qui l'a hissé jusqu'en finale, l'Entente Sportive Besançon féminin a réalisé avec des moyens financiers limités une saison plus que réussie.

 

Avec une quatrième place en Ligue Butagaz Énergie, un quart de finale de coupe d'europe et une belle aventure en coupe de France, la saison 2012/2022 de l'ESBF peut-être considérée comme une belle réussite. Le club bisontin confirme avec ces belles performances son retour au premier plan du handball féminin français. Pour rappel, les rouges et blanches n'avaient plus atteint la finale de la coupe de France depuis la saison 2004/2005, où elles avaient soulevé le titre. « En début de saison c'était pour moi une année qui s'annonçait un peu compliquée », témoigne le président du club Daniel Hournon. « Au final ça n'a pas été le cas du tout. Je suis plus que satisfait des résultats que nous avons obtenus ».

 

Lutter avec des moyens limités

 

Une réussite encore plus satisfaisante lorsque l'on connaît le budget du club, assez limité depuis la descente en division 2 de 2008. « L'ESBF brille avec ses propres moyens. On est un club formateur. On fait jouer de jeunes joueuses du centre de formation ou d'autres qui n'ont pas encore le statut international », confirme le président. Tous les espoirs sont permis chez Les Engagées, qui rêvent de soulever au plus vite le titre de première division. Pour obtenir ce trophée, qui lui échappe depuis 2002, le club bisontin compte s'appuyer sur ces joueuses « made in ESBF », tout en les entourant de joueuses plus confirmées. 

L'interview de la rédaction / Daniel Hournon, président de l'ESBF

 

Ce mercredi, les joueuses de l’ESBF reçoivent Chambray à 7 journées de la fin du championnat. Même si les Engagées n’ont pas réussi à renverser Bietigheim cette semaine et voit son parcours européen s’achever, les bisontines restent sur 4 victoires de suite en Ligue Butagaz Énergie. La réception de Chambray est l’occasion rêvée pour se maintenir encore plus dans le top 5, et prendre de la distance sur les concurrents directs.

« Le match de Chambray n’est pas plus important que le match de Fleury dimanche prochain. La seule différence, c’est que Chambray est un adversaire direct dans la course à l’Europe. Il est donc nécessaire de remporter ce match, afin de les distancer » Sébastien Mizoule, entraîneur de l’ESBF

L’ESBF est actuellement 5ème ex-aequo avec les Neptunes de Nantes. Il faudra cependant rester précautionneux lors de ce match, afin de pouvoir répondre au rythme intense qui sera imposé aux bisontines. En effet, comme Sébastien Mizoule le rappelle, son groupe encore engagé sur deux tableaux, lance avec cette réception une série de quatre matchs en 11 jours. Les Engagées se rendront à Fleury dimanche, avant de les affronter 3 jours plus tard, cette fois-ci pour le compte de la demi-finale de Coupe de France. Puis, de poursuivre le championnat avec la réception de Dijon, samedi 16 avril.  

La coach de l’ESBF Raphaëlle Tervel, qui faisait parti des 3 nominés pour le titre d’entraineur de l’année, termine finalement à la deuxième place du classement. Elle est devancée par le coach de Brest Laurent Bezeau, largement élu lauréat avec plus de 70% des voix en sa faveur. Pour rappel, l’ESBF a terminé sur le podium cette saison, pour la dernière sur le banc de Raphaëlle Tervel. Elle qui sera remplacée la saison prochaine par Sébastien Mizoule.

La Ligue Butagaz Énergie a dévoilé les 3 finalistes pour le titre de meilleur entraineur de l’année, parmi lesquels figure la coach de l’ESBF Raphëlle Tervel. Auteures d’une saison remarquable, les Engagées ont terminé sur le podium du championnat après avoir battu par deux fois Chambray. Pour voter pour Raphaëlle Tervel, rendez-vous sur le site de la Ligue Féminine de Handball, dans la rubrique Trophée MVP. Les votes seront clos ce dimanche à midi.