Choix du secteur :
Se connecter :
 

L’appel à candidatures pour le « Prix Julia Beaudrey » 2021 vient d’être lancé. Ce prix a été créé en mémoire d’une jeune étudiante belfortaine de 20 ans décédée le 28 novembre 2016. Il offre la possibilité à une association étudiante défendant des valeurs de solidarité et d’ouverture de mettre en avant leurs actions grâce à l’aide du FC Sochaux-Montbéliard. Pour la cinquième année consécutive, le FCSM organise cet évènement avec l’aide d’étudiants de la licence professionnelle MOSEL de l'université de Belfort-Montbéliard.

  

Pour plus d’informations : http://www.fcsochaux.fr/fr/index.php/article/16238

Le FC Sochaux Montbéliard à son habitude, a très bien lancé sa saison avec trois succès en quatre rencontres. Actuellement troisièmes de Ligue 2, les lionceaux se déplacent sur la pelouse d’Amiens ce samedi à 19h, qui vient d’obtenir ses premiers points en s’imposant à Guingamp 0-2.

 

Deux absences importantes

 

Omar Daf, le coach sochalien a toutefois évoqué deux possibles absences majeures pour le FCSM en conférence de presse d’avant-match ce vendredi. « On a deux grosses incertitudes concernant Kalulu et Lopy. On va faire le point et voir s’ils peuvent faire un essai, mais c’est mal engagé » a-t-il indiqué. Néanmoins, cette entame de saison est de bon augure pour le club du Pays de Montbéliard, les débuts sont encourageants, mais ce qui prime avant tout pour le coach sochalien, sera de perdurer sur la durée. « Avec 3 victoires en 4 matches, nous sommes sur une bonne dynamique. C'est un bon début qui donne de la confiance et permet de bien travailler, mais il faut cela sur le long terme » sougline Omar Daf.

 

Amiens, une équipe difficile

 

Les sochaliens sont prévus, le match ne sera pas facile, contre une équipe qui vient d’obtenir ses premiers points le week-end dernier, et qui souhaite se lancer dans une dynamique positive. « Amiens est un gros morceau de la Ligue 2. On s’attend à un match face à une équipe très solide et qui vient de gagner » précise l’entraîneur sochalien. Mais les joueurs paraissent confiants, à l’image d’un Valentin Henry, arrivé au club en juin 2021 qui ne doute pas des qualités de son équipe. « Je ne suis pas venu ici par hasard et je ne suis pas surpris de notre début de saison. Les automatismes se sont faits naturellement et ça se ressent sur le terrain ». « On va sur la pelouse d’Amiens pour mettre les ingrédients et gagner en cohésion, et j'espère, donner envie aux supporters de venir au stade. C’est tout ce qu’on veut ! » poursuit le latéral droit du FCSM.

 

Valentin Henry, latéral droit du FSCM : 

 

 

Après son premier match et sa première victoire (1-3)lundi dernier à Dijon, le FSCM s’apprête à défier Le Havre ce samedi, à nouveauau stade Gaston-Gérard. Omar Daf tenait une conférence de presse ce vendredi pourrevenir sur ce succès. Mais aussi afin d’évoquer la difficulté de ces premiers déplacements,et la suite de la saison.

 

Un premier match maîtrisé 

 

Les choses s’étaient plutôt bien passées lundi dernier, lorsque GaetanWeissbeck débloque la rencontre peu avant l’heure de jeu, en reprenantparfaitement de la tête un centre de Valentin Henry, prenant à contrepiedBaptiste Reynet le gardien dijonnais. Le FC Sochaux double ensuite la mise parl’intermédiaire d’Aldo Kalulu, ajustant le portier dijonnais dans la surface deréparation. Menant 2-0 à la 74ème minute, les sochaliens connaissentune petite frayeur lorsque Roger Assalé, après avoir bien travaillé la défensesur le côté droit, déclenche un tir bien placé trompant Maxence Prévot. Mais cen’est sans compter sur Alan Virginius qui offre la victoire à son équipe 12minutes plus tard avec une frappe croisée, touchant légèrement le poteau, etscellant la victoire des sochaliens. « Commencerpar une victoire, c'est toujours important pour la confiance. Maintenant il fautcontinuer, ce n'est que le début » souligne le coach sochalien. « Surle plan offensif, on aurait pu mieux jouer certains coups lundi pour se mettreà l'abri plus tôt. Mais ça reste un match abouti, maintenant on est focalisésur Le Havre » poursuit-il.

 

Une pelouse en travaux, et un effectif réduit

 

« La Ligue 2 est un championnat très difficile, et cetteannée encore plus que la saison précédente. C'est indispensable d'avoir un bonétat d'esprit pour performer sur la durée » précise l’entraîneur sochalien.Seulement, deux difficultés viennent heurter quelque peu ce début de saison :la pelouse du stade Bonal, actuellement en travaux, et l’effectif très restreintdu FSCM. « Quand j’ai vu les problématiques relatives à la pelouse, onsavait déjà qu’on commencerait par 3 matchs à l’extérieur. Le match de demainsera joué à l’extérieur, en dehors de nos bases, c’est le constat actuel. Doncon se déplacera, en essayant de mettre tous les atouts de notre côté pour semettre dans les meilleures conditions, et faire un bon match, avec l’objectifdes 3 points » affirme Omar Daf. Concernant son effectif, le coachsochalien dispose d’un groupe de 14 joueurs confirmés aujourd’hui. Et selonlui, pour réussir une saison entière de foot, il est indispensable d’avoir de laquantité, et de la qualité. « Et la qualité, on l’a » précise l’entraîneur,« mais sur 38 journées, il faut de la quantité » poursuit-il. Et mêmesi des jeunes renforts seront présents afin de prêter main forte au groupe, cesderniers sont encore en apprentissage pour la plupart, en phase d’adaptation, etl’équipe aura besoin de remplaçants « aussi forts que les titulaires ».Le constat est simple selon Omar Daf : travailler dur pendant la préparationpour commencer le championnat dans les meilleures conditions. Mais ne pasmanquer d’effectif, et de le payer au milieu de la saison. Les 38 journéesseront toutes aussi longues et intenses, et des turn-over seront nécessaires.Cette équipe de Sochaux qui était la seule invaincue après 8 journées la saisondernière, connue pour ses débuts de saison sur les chapeaux de roues, devra êtrecapable d’assurer cette régularité jusqu’au 14 mai prochain.

 

Omar Daf :