Quel avenir pour les lignes Besançon – Morteau et Dole – Morez ?

Avec moins de 20 trains par jour, plusieurs lignes pourraient être menacées dans la région

Quel avenir pour les lignes Besançon – Morteau et Dole – Morez ?
Le rapport Spinetta remis au 1er ministre concerne aussi notre région.

90% du trafic qui ne se fait que sur 30% du réseau et donc a contrario 70% du réseau ne génère que 10% du trafic…de quoi sans doute expliquer largement la dette abyssale de la SNCF, 50 milliards d’euros.

Aux grands maux les grands remèdes, le rapport Spinetta remis ces derniers jours au 1er ministre insiste sur la nécessité de rénover le réseau alors que le marché ferroviaire sera ouvert à la concurrence dès 2019. Tout le réseau ? Non, et c’est là que l’on se sent tout de suite plus concernés.

Le maintien de voies ferrées peu fréquentées pose en effet question alors que de nombreuses collectivités se ruinent à subventionner les billets des voyageurs (jusqu’à 90 % des coûts de transport dans certaines régions). Il est question d’un « redéploiement du transport ferroviaire pour mieux répondre aux besoins des voyageurs ».

Concrètement, avec moins de 20 trains par jour, plusieurs lignes pourraient être menacées dans la région : Celle des horlogers (Besancon-Morteau via le Valdahon, la ligne Frasne-Pontarlier ou encore celle des hirondelles (Dole-Andelot-Champagnole-Morez). Sans oublier l’épée de Damoclès qui plane au-dessus de la Gare TGV de Frasne.

La future loi sur les mobilités prévue au Printemps devrait apporter des réponses. C’est l’objectif de ce rapport. Avec sans doute de nouvelles solutions à trouver là où le train ne passera plus.

Created : vendredi 16 février 2018 13:29 Categories : Transports | Economie | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.