Choix du secteur :
Se connecter :
 

Ce mardi, sur leur parquet des Montboucons, les hommes de Joseph Kalambani ont conclu leur saison en battant Rueil et terminent sur une note positive en battant les 3èmes de la poule médiane des play-offs d’accession en Pro B. Après avoir vécu une saison de tous les records, en termes de matchs remportés, d’affluence aux Montboucons et au Palais de Sports, le BesAC a aussi gagné en crédibilité. Désormais, place au bilan de la saison avec les joueurs et les dirigeants pour préparer l’année prochaine.

 

Après une première saison réussie avec le maintien validé dès la première phase, Joseph Kalambani l’entraîneur du BesAC, avait rempilé au mois de mars pour une année supplémentaire sur le banc du club de basket bisontin. Il possède le meilleur bilan de l’histoire du BesAC en première phase de Nationale 1 (8e, avec 12 victoires en 26 matchs). Après plus de cinq saisons passées aux côtés de l’ancien coach Nicolas Faure, l’ex-international centrafricain est sorti de l’ombre l’été dernier et a convaincu pour sa première saison sur le banc.

« On a reconstruit à 80% l’effectif. On a fait aussi le pari d’aller chercher des jeunes, comme le petit Siriman Kanouté, Sydney Hawmmond ou encore Melvin Beaubois. On a cherché à équilibrer l’équipe et son manque d’expérience avec des joueurs de qualité et qui connaissent bien la division, comme Mykal Riley ou Ferdinand Prénom » souligne Joseph Kalambani. Avec cette ambition de créer un groupe, en travaillant sur la cohésion, afin que tout le collectif puisse œuvrer dans un objectif commun. « Ce qu’on a réussi à faire » ajoute le coach. Effectivement, le BesAC a vécu une saison de tous les records. Que ce soit en termes de matchs gagnés ou même de l’affluence aux Montboucons et au Palais de Sports. « On a gagné aussi en crédibilité, en maintenant un pouvoir d’attraction qui est grand. Tout ces éléments font de cette année une année réussie. Même si on finit un peu en eau de boudin sur la phase des play-offs, parce qu’on manquait de profondeur de banc. On a eu des blessés, on a accumulé beaucoup de fatigue, et on n’a pas pu développer un niveau de jeu aussi pertinent et intéressant quand pendant la première phase. Mais globalement, je très fier de mes joueurs et de cette saison » indique Joseph Kalambani.

 

Une saison se finit et une autre commence

La saison prochaine est déjà dans toutes les têtes. « On sait ce qu’on est capable de faire, on sait comment le faire, et on sait comment on va devoir rééquilibrer l’équipe » explique l’entraineur du club de basket bisontin. Mais avant toute chose, un bilan s’impose, afin de faire le point sur le souhait des joueurs. Qui envisage de rester dans la dynamique du BesAC, et qui souhaite tenter une nouvelle aventure ailleurs. « Quand on aura fait cet état des lieux, on va devoir compléter avec des joueurs de même calibre, voire plus haut, pour continuer de performer à ce niveau. On est déjà au travail, pour nous c’est une continuité. Les joueurs, eux, peuvent régénérer un peu d’énergie mentale et physique. Les petites blessures aussi. Et pour nous dirigeants, c’est vite se mettre à table, analyser notre budget, nos objectifs, et avec quels joueurs on veut repartir à l’aventure. C’est beaucoup de travail » souligne Joseph Kalambani.

Le BesAC reçoit le leader, Rouen, ce vendredi soir au gymnase des Montboucons dans le cadre de la 20ème journée de Nationale 1. Après un début de saison en dents de scie, le club de basket bisontin a enfin trouvé son rythme en ayant enchaîné 6 victoires lors des 7 derniers matchs. En pleine confiance, le BesAC qui affiche une des meilleures attaques de ce championnat souhaite clairement disputer les play-offs en fin de saison. C’est l’ambition de Joseph Kalambani, le coach, qui pour sa première saison en tant qu’entraîneur principal, peu compter sur une formation talentueuse. L’objectif vendredi : scalper la tête du leader.

 

« Aucune équipe ne nous fait peur. On a tout à gagner. Si on peut encore engranger une victoire, pour nous lancer dans nos objectifs finaux, c’est à dire atteindre les play-offs, ce serait très bien » affiche calmement Joseph Kalambani, l’entraîneur bisontin. Le BesAC a fait le plein de confiance sur les derniers matchs. Six victoires lors des sept dernières confrontations, en allant se défaire d’équipes mieux classées comme Pont-de-Chéruy, Andrézieux et même Mulhouse. Désormais, c’est un gros challenge qui attend les bisontins ce vendredi : Rouen, leader du championnat, qui connait une phase plus compliquée, après avoir remporté onze matchs à la suite entre octobre et décembre. Les normands ont à nouveau gagné vendredi dernier face à Oullins/Ste-Foy après s’st incliné lors des trois dernières rencontres. Joseph Kalambani affiche clairement l’objectif, mais sans pour autant se mettre la pression. « Dans n’importe quel championnat, on a toujours envie de scalper la tête du leader. On se positionne comme les outsiders, on vient pour faire un coup. Si on perd, malheureusement la logique aura été respectée. Mais on a des arguments pour les mettre en difficulté. Et on sait que dans les cinq dernières minutes, quand l’équipe en face est dans le doute, avec tout le public qui pousse, tout est possible ».

 

Une équipe avec beaucoup de qualités

En débutant par une victoire, puis en perdant deux fois d’affilé, le BesAC a connu un début de saison en dents de scie. Une situation qui s’explique par un effectif remanié, avec deux joueurs arrivés seulement fin août. « Il a fallu le temps de les intégrer, que les automatismes prennent dans le collectif » souligne Joseph Kalambani. « On a commencé à sortir de 3 matchs intéressants à partir de fin octobre, et aujourd’hui nous sommes dans une situation où les joueurs jouent vraiment en coopération, ce qui donne cette série de victoires » poursuit l’entraîneur. Il pourra compter sur une force de frappe offensive très intéressante avec des joueurs doués sur le tir, derrière la ligne à trois points, comme Jonathan Boucaud, Mykal Riley, Siriman Kanouté ou encore Nikola Knezevic. « Et aussi cette faculté d’avoir un vrai point de fixation dans la raquette, avec Ferdinand Prénom, qui nous assure tous les jeux de position. Cela nous donne une équipe assez complète, qui peut faire peur aux grosses équipes » indique Joseph Kalambani.

 

Joesph Kalambani gratifié par ce poste d’entraîneur

Assistant pendant presque six ans aux côtés de Nicolas Faure,  Joseph Kalambani a été nommé en avril dernier pour prendre la succession du BesAC. Une fierté pour le nouvel entraîneur. « C’est très particulier pour moi. Je suis dans ma ville, j’ai la chance de redonner à Besançon ce que Besançon m’a donné. Emotionnellement, c’est très gratifiant d’avoir eu la confiance de mes dirigeants pour ce poste. C’était très impressionnant au début, c’était beaucoup d’émotions. Mais très vite, on se met au travail, on prend la casquette de coach, et on avance ».

 

Dans le cadre de la 13ème journée en nationale 1, le BesAC reçoit Feurs ce vendredi soir à 20h15 au gymnase des Montboucons. Les hommes de Joseph Kalambani pointent actuellement à la 11ème place du classement. Leurs opposants sont classés 9ème avec seulement un point de plus. La victoire semble impérative pour les bisontins, afin d’assurer le maintien le plus vite possible.

Si il a loupé de peu les play-offs de Nationale 1 cette saison, le BesAC espère s'appuyer sur son expérience et sur un recrutement ambitieux pour tenter de monter en Pro B la saison prochaine

 

A l'heure de faire le bilan sur la saison 2021/22 du BesAC, Pierre Labbé, le président délégué du club, parait satisfait. « C'est une saison à la hauteur de ce que l'on espérait. On a loupé de peu les play-offs mais c'est notre meilleure saison depuis que nous sommes en Nationale 1 ». La satisfaction est encore plus grande lorsque l'on pense à l'état dans lequel se trouvait l'effectif bisontin en fin de saison. Entre les blessures du sniper à trois points Tom Maréchal, du capitaine et meilleur marqueur de l'équipe Tom Foucault et celle du pivot Ferdinand Prenom, le BesAC a eu bien du mal à aligner un effectif au complet. « Je pense que l'on aurait pu accrocher les play-offs si tous nos joueurs étaient disponibles », poursuit le président délégué.

 

Des départs importants cet été

 

Si le club bisontin espère faire mieux la saison prochaine, il devra néanmoins composer avec le départ de son capitaine et joueur star Tom Foucault, qui quitte Besançon pour se rapprocher de sa famille au Mans. Le club de Nationale 1 va également voir partir le très prometteur meneur Valentin Vitale-Boiteux, désireux de quitter le « nid » pour découvrir l'échelon supérieur de la Pro B dès la saison prochaine. Ces deux départs ont cependant été comblés assez rapidement par un recrutement prometteur. On retient dans ces arrivées celle du très huppé arrière américain Mykal Riley, qui a gagné deux coupes d'Europe avec Nanterre et un titre de champion de France avec le Mans. Le joueur de 36 ans apportera à coup sur son expérience en Nationale 1. « Il va apporter à coup sur beaucoup d'attractivité, notamment chez les supporters et les partenaires », confirme Pierre Labbé. Tous les feux semblent donc au vert pour le nouvel entraîneur Joseph Kalambani, qui était assistant sur le banc du BesAC depuis six saisons, en vue d'accrocher les play-offs lors de la saison prochaine.