Choix du secteur :
Se connecter :
 

Après la tentative de féminicide dans le quartier Palente à Besançon, dans la nuit du 31 janvier au 1er février, Yves Cellier, le directeur départemental de la sécurité publique du Doubs et Étienne Manteaux le procureur de la République de Besançon, ont tiré la sonnette d’alarme, en lançant un appel à destination des victimes de violences conjugales.

 

Troisième affaire de féminicide ou tentative de féminicide en un mois à Besançon

À Besançon, ce début d’année est particulièrement marqué par de funestes faits divers, notamment concernant des violences conjugales. Deux féminicides ont déjà eu lieu au sein de la capitale comtoise. Une jeune de femme de 20 ans a été tuée lundi 17 janvier peu avant 20 heures dans le quartier Battant, son conjoint de 34 ans a porté sur elle 18 coups de couteau. Le 29 décembre dans la soirée, une quinquagénaire a été égorgée par son mari dans un appartement de la rue de Dole. Et avant cela, le 29 décembre, une quinquagénaire était morte elle aussi égorgée dans un appartement de la rue de Dole. Elle voulait quitter son mari. Après ces deux drames, les associations féminines ont appelé à se rassembler pour ne plus “jamais vivre cela”. Au 28 janvier, selon le collectif féminicides, 10 femmes ont trouvé la mort en France, victimes de leur conjoint ou ancien conjoint. Elles étaient 113 à avoir perdu la vie en 2021. 

 

« Les victimes doivent participer à leur protection »

Yves Cellier, le directeur départemental de la sécurité publique du Doubs et Étienne Manteaux le procureur de la République de Besançon, ont lancé un appel à destination des victimes de violences conjugales. Ils ont expliqué que sans plainte il est très difficile de les protéger, et qu’il faut absolument signaler les moindres faits, se rendre au commissariat, et suivre les consignes des policiers. Étienne Manteaux a précisé que « les victimes doivent participer à leur protection ». Avant de poursuivre : « Je sais bien que c’est difficile de dénoncer l’homme que l’on aime ou le père de ses enfants. Mais il faut que ces femmes nous aident en portant connaissance à la justice les faits dont elles sont victimes ». Des propos soutenus par Yves Cellier, directeur départemental de la sécurité publique du Doubs, qui insiste sur l’importance de ces démarches : « Sans plainte ou audition de la victime, on ne peut rien faire. Les signalements et les appels à la police sans plainte ne nous permettent pas de poursuivre le suspect ». Cet appel à destination des victimes est primordial, sans quoi il est difficile pour la justice de poursuivre les auteurs de ces violences, et en conséquence d’entrer en voie de condamnation ensuite.  

 

C’est une histoire sordide que l’on commence malheureusement à entendre bien trop souvent à Besançon depuis le début d’année. Le 17 janvier à 19h30, dans son appartement situé rue Battant, Céline Jardon, une jeune femme de 20 ans, est décédée sous les coups d’un homme de 34 ans, connu pour être son compagnon.  

 

C’est une amie de Céline qui a donné l’alerte. Les deux femmes avaient prévu de sortir ensemble ce soir-là, mais peu avant leur rendez-vous, la jeune femme de 20 ans avait appelé son amie, visiblement très effrayée, en lui demandant de contacter la police. Céline avait alors laissé son téléphone allumé, et son amie, témoin auditif, déclare par la suite aux enquêteurs avoir entendu des coups, et une scène de violence.

Quand elle arrive à son appartement, il est malheureusement déjà trop tard. Malgré l’intervention rapide des secours, la jeune femme décède. L’autopsie révélera peu de temps après les causes de la mort : des coups de couteau, 18 au total, portés au niveau du cou, et du dos, touchant mortellement les poumons et l’aorte. Cette dernière, la plus grosse artère du corps humain, sectionnée, a entraîné le décès.

Selon Christine de Curraize, vice-procureure, l’enquête a permis de détailler que le couple se connaissait depuis environ 3 ans, et que des séparations avaient déjà émaillé leur relation. Les proches de la victime ont fait état de tensions dans le couple, de disputes sur fond de jalousie, et de plusieurs épisodes de violences conjugales. Par ailleurs, cette jeune femme avait déjà appelé la police en avril 2021 à la suite d’une altercation avec son « ex-conjoint », comme elle l’avait qualifié à l’époque. Elle avait expliqué avoir été victime de violences, et de dégradations à son domicile. Les policiers avaient constaté un hématome au niveau du creux de son coude, et lui avaient suggéré de se rendre au commissariat pour déposer plainte, ce qu’elle n’avait malheureusement jamais fait.

Un homme de 34 ans couvert de sang a très vite été interpellé le soir du drame. Cet individu a tout de suite reconnu les faits en avouant aux policiers « avoir commis l’irréparable ». Il s’est dit dans l’incapacité de préciser les circonstances de son acte. Il avait déjà été condamné pour avoir commis des infractions de type « atteintes à des biens ». Une information judiciaire a été ouverte. Il a été mis en examen pour homicide et violence sur conjoint, et placé en détention provisoire.  

Suite au féminicide, commis lundi soir à Besançon, dans le quartier Battant, l’association Solidarité Femmes a souhaité organiser ce mardi soir un rassemblement sur la place Pasteur à Besançon. Une marche s’est tenue depuis cet endroit, jusqu’à la place du 8 septembre. Des hommes, des femmes, des enfants, des jeunes , des moins jeunes ont répondu présent.

200 personnes ont fait le déplacement pour exprimer leur colère et leur tristesse. Certains ne cachaient pas leur larme. Rappelons que le 17 janvier, une jeune femme de 21 ans a perdu la vie sous les coups de son compagnon. Un drame identique était survenu le 29 décembre dernier, rue de Dole à Besançon. Depuis le début de l’année, huit féminicides se sont produits en France.

Concernant l’enquête. Précisons qu’un homme a été interpellé. Ce mercredi, en fin d’après-midi, Mme de Curraize, Vice-Procureure de Besançon, tiendra une conférence de presse pour faire le point sur ce drame. Il s’agit du deuxième féminicide, commis en moins d’un mois,  dans la cité comtoise.

L'interview de la rédaction : Laetitia, une participante

Concernant le féminicide qui s’est produit le 29 décembre 2021 rue de Dole, où une femme a été poignardée à mort par son mari de 61 ans, ce dernier qui n’avait pas encore pu être entendu à cause de son état de santé, a été auditionné hier après-midi. Il a indiqué aux enquêteurs qu’il avait mal pris le fait que sa femme veuille le quitter.

C’est après 40 ans de vie commune que le drame s’est produit. Lors de cette soirée du 29 décembre 2021, le sexagénaire a révélé aux forces de l’ordre que sa femme lui aurait dit « je te quitte ». Une phrase qui déclenche la colère de ce dernier. « J’étais sous le choc, j’ai très mal réagi », « c’est parti comme une balle » a-t-il déclaré. Un violent conflit aurait alors opposé le couple, et l’homme de 61 ans admet avoir porté des coups à sa femme avec plusieurs objets tranchants. Il a été mis en examen pour homicide volontaire sur conjoint, un crime qui est passible de la réclusion criminelle à perpétuité. Il a été transféré à l’unité hospitalière spécialement aménagée à Lyon (UHSA). Il réintégrera ensuite une maison d’arrêt classique lorsqu’il sera totalement guéri de ses blessures.

Ce jeudi, Etienne Manteaux, le procureur de la République, est revenu sur le drame qui s’est déroulé au soir du 29 décembre rue de Dole à Besançon, au domicile d’un couple. C’est une riveraine qui a alerté les forces de l’ordre en rapportant qu’une violente rixe venait d’éclater chez ses voisins. À leur arrivée, les forces de l’ordre ont aperçu une femme ensanglantée sur son balcon, situé au premier étage et donnant sur la chaussée. À la vue de la police, son mari s’est retranché dans l’appartement, et lorsque les policiers ont pénétré dans le domicile de force, il se serait alors infligé de lui-même des violents coups de couteau au niveau du cou, des poignets et du ventre. Les pompiers et le Samu, appelés en urgence sur l'intervention, ont pris en charge l’agresseur présumé, dont le pronostic vital était engagé. La quinquagénaire n’a pas survécu à ses blessures. L’homme, âgé de 61 ans, a été médicalisé puis transporté en ambulance au CHRU Minjoz. Pour l’heure il n’a toujours pas pu être entendu par les enquêteurs à cause de son état de santé préoccupant. Non pas à cause des coups qu’il s’est portés, mais parce qu’il souffre de plusieurs infections dues à son surpoids. Une information judiciaire a été ouverte pour homicide volontaire sur conjoint.    

Au terme de trois jours de procès devant la cour d’assises du Doubs, Rashid Askari est condamné pour le meurtre de son épouse avec préméditation. Il écope de 30 ans de réclusion criminelle assortie d’une période de sureté de 20 ans. Il est également soumis à une obligation de quitter le territoire français. La cour ordonne également le retrait total des droits de Rashid Askari sur ses deux enfants.

L'interview de la rédaction / Maître randall Schwerdorffer

Rashid Askari comparaît à partir de ce mercredi devant la cour d'assises du Doubs pour répondre de l'assassinat en pleine rue de son épouse Razia Askari. Cette femme de 34 ans d'origine afghane avait été découverte morte, égorgée et frappée de 19 coups de couteau, le 30 octobre 2018 à Besançon. L'accusé reconnaît les faits mais nie toute préméditation. 

Ce matin les bancs de la salle d'assises étaient remplis, d’ailleurs plusieurs personnes n'ont d’ailleurs pas pu entrer. Après le tirage au sort des jurés, et le rappel des faits effectué par le président de la Cour d’assises Matthieu Husson, c’est Diana Molin, cheffe d’unité de la police qui a dressé la totalité de l’enquête ayant conduit à l’interpellation de Rashid Askari. Ce fut ensuite au tour du premier témoin de se présenter à la barre. Un étudiant de 17 ans à l’époque des faits, ayant assisté à toute la scène. “Il savait où il allait” dit le jeune homme. "J’ai vu l’homme frapper cette femme. Elle courait pour s'échapper et a crié. J’ai distingué quelque chose de brillant et il l’a frappé trois fois sur le côté puis au niveau du cou."

Peu avant 13h, les enfants sortent de la salle avant que les photos de la rue où a été tuée Razia Askari soient projetées dans la salle, ainsi que des photos du corps et des blessures de la victime. La sœur de cette dernière s'effondre en pleurs dans les bras de l'ancienne présidente de Solidarité Femmes, Christine Perrod. Une atmosphère pesante prend place dans la salle. L’audience est ensuite suspendue, avant de reprendre à 14h.

Le médecin légiste du CHU de Besançon est appelé à la barre en début d'après-midi. Il est intervenu pour la réalisation de l'autopsie du corps de la victime et fait état en détail de ses constatations et des examens effectués, de manière très technique. Ce dernier confirme des plaies franches sur le corps de la victime, douze exactement, sur un total de 19 plaies retrouvées.

A 15h, le directeur de l'école des deux enfants de la victime et de l'accusé, scolarisés à Besançon en CE2 et CM2 à l'arrivée de Razia Askari en Franche-Comté est appelé à la barre. "Le 24 avril 2018, Razia Askari a refusé de quitter l'école et m'a demandé de prendre contact avec l'association Solidarité Femmes, qui s'est déplacée, de mémoire. Madame Askari avait peur et semblait avoir vu son mari. Elle pensait qu'il l'avait retrouvée" explique l'enseignant. Le mari de la victime a demandé un rendez-vous avec le directeur de l'école le 25 avril, qui a reçu monsieur Askari le 26 avril. Ce dernier, accompagné d'une traductrice, s'est renseigné sur les résultats de ses enfants à l'école et a cherché à connaître l'adresse de sa femme, en vain.

« Razia Askari bénéficiait du dispositif de "mise en sécurité pour les femmes en grand danger", proposé par l'association Solidarité Femmes au niveau national. L'antenne de Besançon avait répondu favorablement à cette mise en sécurité. C'est à cette occasion que la victime était arrivée en Franche-Comté »

 A 16h, l'assistante sociale de Solidarité Femmes est appelée à la barre. Elle partage le parcours chaotique et douloureux de Razia Askari et l'accompagnement qui lui avait été prodigué par l'association bisontine spécialisée dans la protection des femmes victimes de violences conjugales. Avec beaucoup d'émotion, elle dresse la liste des sévices subis et dénoncés par la jeune femme mais aussi ceux constatés par les enfants.

A 18h, l’interprète apparaît très émue devant la cour, tout en rapportant comment l'accusé a tout tenté pour entrer en contact avec elle et l'intimider, dans le but de retrouver sa femme. Elle était son interprète mais avait noué des liens avec la victime : "Nos enfants avaient le même âge". Visiblement intimidée par la cour, elle précise : "J'ai été traumatisée par cette histoire et je le suis toujours, donc c'est assez difficile".