Choix du secteur :
Se connecter :
 

A Pontarlier, jusqu’au 25 mai prochain, la Ville organise la 1ère édition du Festival « Couleurs Urbaines ». Cet évènement, proposé par et pour la jeunesse, se veut être une rencontre et une expérience autour de l’art urbain franco-suisse, avec comme objectif de s’initier à la culture urbaine. A travers cette initiative, Anne-Lise Ballyet, conseillère municipale, a souhaité « valoriser la jeunesse qui fait vivre cette culture, tout en la faisant découvrir au plus grand nombre au travers d’activités variées et originales. Ainsi, du 22 au 25 mai, différentes animations seront proposées : live painting, exposition, ateliers d’initiations, performances, concerts,… . A ce sujet, un grand village associatif et des concerts seront proposés, dès 15h, au Parc des Ouillons. Précisons que les festivités ont été lancées le 13 mai, avec notamment la création de graffs monumentaux.

Benjamin Locatelli

Difficile d’envisager une telle manifestation sans y associer l’artiste pontissalien Benjamin Locatelli. Tant il est une figure incontournable de cette discipline et qu’il sait,  depuis de très nombreuses années, la partager avec le plus grand nombre. Cette expérience et ces précieuses connaissances, Benjamin les communiquera lors d’une conférence qu’il animera, avec d’autres interlocuteurs, le 22 mai prochain, de 18h30 à 20h, au Théâtre Bernard Blier. Le graffiti sera abordé sous différents angles. Son histoire, son évolution, sa place dans la société, … animeront les échanges. Pour enrichir ce temps, l’intervenant a fait appel à la police nationale ou encore un juriste.

l'interview de la rédaction : Benjamin Locatelli

Pour de plus amples informations : https://www.ville-pontarlier.fr/uploads/elfinder/%C3%A9v%C3%A8nements/couleurs%20urbaines/festival%20couleurs%20urbaines%202024_programme.pdf

 

Les vacances d’automne se préparent à Pontarlier. Durant trois jours, les 26, 27 et 28 octobre prochains, les collégiens et lycéens du secteur sont invités à participer au projet cultures urbaines que leur propose le collectif ParlonCap.

Ainsi, dans le cadre de la mission éducative qu’ils se sont fixés, Eric Louvrier, le coordinateur de cette structure,  qui regroupe les quatre établissements sociaux  de la cité du Haut-Doubs ( la Maison de Quartier des Pareuses, la Maison Pour Tous des Longs Traits, la MJC des Capucins et le Centre Social Berlioz),  et les directeurs permanents veulent intéresser les adolescents à tous les domaines artistiques. Rien de mieux que d’aborder ce milieu, parfois éloigné des jeunes, par le prisme des cultures urbaines.  Pour Eric Louvrier, « la culture doit s’adresser au plus grand nombre et ne pas être réservée qu’à une élite ». Autrement dit, savoir casser les codes et les barrières pour susciter de l’intérêt et se découvrir des talents et des compétences.

Des professionnels avec la jeunesse

Pour cette nouvelle édition, les organisateurs ont associé le Musée de Pontarlier, qui accueillera des participants. Les cinq ateliers seront animés par des artistes et des professionnels,  désireux de partager leur savoir faire et leur passion. Les jeunes s’investiront sur un même domaine durant trois jours. Au programme : hip-hop, beatbox/rap/dj, customisation sur baskets et casquette, graff sur planche de skate et dessin de son autoportrait.

Une exposition finale, programmée le 28 octobre,  mettra en lumière les travaux réalisés. Quelques places sont encore disponibles. Pour obtenir de plus amples renseignements, n’hésitez à contacter l’une des quatre structures organisatrices.

L'interview de la rédaction / Eric Louvrier

Jusqu’au 17 septembre, la Ville de Besançon met à l’honneur , à la médiathèque Pierre Bayle, le skateboard. Une exposition de photographies est à découvrir sur la petite histoire de cette discipline à Besançon. Grâce à la participation du monde associatif local, des créations graphiques sont également présentées.  

Enfin, ce samedi 27 août, les organisateurs assureront le show en proposant, de 16h à 17h30, une démonstration de skate. Elle sera suivie, à 18h, à la bibliothèque, de la projection du film « Je m’appelle Bagdad » et d’une rencontre avec les membres du Sirocco Skate Club, de Fragile Skateboard, du photographe Ludovic Godard et du skateur Albin Guiraud.