Choix du secteur :
Se connecter :
 

C’est sur une portion limitée à 50km/h du boulevard Léon Blum, au matin du 19 septembre, qu’une infirmière de 59 ans emprunte ce trajet en revenant du travail. Alors qu’elle s’engage à petite allure, après avoir patiemment attendu que le feu passe au vert, une voiture lancée à pleine vitesse la percute, au niveau de la portière avant gauche. Les images de vidéosurveillance révèlent un choc d’une violence inouïe. La scène est effroyable, et la portière côté conducteur est enfoncée quasiment jusqu’au levier de vitesse. « Le choc sur la portière gauche du véhicule de la victime ne lui a laissé aucune chance » a constaté le procureur de la République. Vitesse, alcoolémie, non-respect du feu rouge, « un cocktail idéalement funeste » selon Yves Cellier, le directeur départemental de la sécurité publique.

 

Le prévenu entendu dès que son état le permettra

 

Le parquet de Besançon nous apprend ce lundi après-midi que selon les prélèvements faits au moment de l’accident, le conducteur bisontin, inconnu des services de police, avait une imprégnation alcoolique de 1,35g dans le sang. Ce qui correspond à 0,67 milligramme par litre d’air expiré. Aucun des deux hommes présents dans la voiture au moment de l’accident n’ont pu être entendus pour l’instant, leur état ne le permettant pas. Etienne Manteaux, le procureur de la République de Besançon, nous informe que le conducteur présumé est sorti de l’hôpital samedi, avant d’être placé en garde à vue juste après. Cette dernière ne s’est pas prolongée, compte tenu des blessures et de l’état de faiblesse dans lequel se trouve l’homme de 24 ans. Il sera entendu dans quelques jours. Le passager est toujours hospitalisé au CHU Minjoz, à Besançon. 

L'interview de la rédaction / Yves Cellier