Choix du secteur :
Se connecter :
 

Annick Jacquemet, la Sénatrice du Doubs, a dernièrement interrogé le gouvernement sur les tensions concernant le Doliprane pédiatrique en France. Un sujet de préoccupation majeure pour la population. La parlementaire explique qu’il n’existe aucun substitut et craint une nouvelle saturation des services d’urgence des hôpitaux si la situation ne s’améliore pas.

« J’ai souhaité poser cette question au gouvernement, parce que j’avais entendu dans les médias et par certains élus, qu’il y avait cette problématique d’approvisionnement du Doliprane pédiatrique. Comme c’est une spécialité qui est très utilisée par les parents pour leurs jeunes enfants et bébés, ça m’a interpellé et j’ai souhaité en connaître l’origine et ce qu’il était possible de faire pour palier à cette pénurie » explique Annick Jacquemet. Selon la sénatrice du Doubs, le principal laboratoire qui produit 98% du Doliprane pédiatrique, Sanofi, a dû faire face à plusieurs problématiques. Il s’agirait de mouvements sociaux de grève dans les usines, mais aussi le changement de logiciels amenant à des perturbations dans la gestion de production. « Quand ce sont des entreprises de cette taille, il y a un grand temps de formation pour l’ensemble du personnel qui doit être réalisé » souligne Annick Jacquemet. « Par ailleurs, le principal fabricant, Sanofi, est en situation de quasi-monopole avec près de 98% des parts de marché et aucun concurrent ne peut suppléer à la baisse de sa production » poursuit la sénatrice. Enfin, le gouvernement dans sa réponse, évoque une problématique d’approvisionnement en flacon de verre, qui pourrait aussi être l’une des causes possibles de cette pénurie.   

Un risque de saturation des urgences

« Ça risque de durer encore un certain temps. D’où les préoccupations de nombreux parents, médecins, pharmaciens, et élus qui me sont remontées, et pour lesquelles je souhaitais avoir une réponse. En tout cas une explication, et comment cela allait être géré » explique Annick Jacquemet. Actuellement, tous les enfants de moins de 3 mois qui font des fortes fièvres sont déjà orientés sur le service d’urgences pédiatriques. « Mais au-delà de 3 mois, le Doliprane pédiatrique est une molécule très facilement utilisée en cas de fièvre sans symptôme. Donc s’il n’y a plus de Doliprane pour faire tomber la fièvre, et si le médicament peut difficilement être remplacé par un autre, le risque c’est que les enfants soient orientés sur les services d’urgences dont on connaît déjà le niveau de saturation, et les difficultés auxquelles font face les médecins » préviens la sénatrice.

Annick Jacquemet, la Sénatrice du Doubs, a dernièrement interrogé le gouvernement sur  les tensions concernant le doliprane pédiatrique en France. Un sujet de préoccupation majeure pour la population. La parlementaire explique « qu’il n’existe aucun substitut ». « Le principal fabricant, Sanofi, est en situation de quasi-monopole avec près de 98% des parts de marché et aucun concurrent ne peut suppléer à la baisse de sa production ». Mme Jacquemet craint une nouvelle saturation des services d’urgence des hôpitaux si la situation ne s’améliore pas.

Les Sénateurs du Doubs, Jean-François Longeot et Annick Jacquemet ont saisi François Braun,  le ministre de la santé et de la prévention concernant « la problématique de la prise en charge des patients en cas de mouvement de grève au bloc opératoire ainsi que du manque de services d’urgences dentaires constaté dans le Doubs ».

Cette décision fait suite à l’interpellation d’un Bisontin qui a connu deux expériences malencontreuses. Les deux parlementaires demandent « la mise en place d’une politique de financement des services d’urgences hospitalières pérenne et durable qui garantisse un accès aux soins à tous les citoyens ».