Choix du secteur :
Se connecter :
 

En raison du faible enneigement sur le massif du Jura, entre Lamoura et Val de Mouthe, et compte tenu des conditions météo clémentes annoncées, les organisateurs de La Transju’ ont dû prendre la difficile décision d’annuler l’édition 2024 prévue les 10 et 11 février prochains.

Après l’épisode de froid que la France subit encore actuellement, le pays connaîtra un tout autre thermomètre la semaine prochaine. Le redoux va s’installer, avec des températures qui seront largement positives en journée. Les maximales dépasseront parfois les 10° en plaine. Météo France prévoit des conditions majoritairement pluvieuses la semaine prochaine.  Ce qui aura un effet non négligeable sur la qualité du manteau neigeux. De bien mauvaises nouvelles à quelques semaines du début des vacances d’hiver.


En raison des pluies verglaçantes prévues dans la nuit et afin de garantir la sécurité de tous, Jean-François Colombet, préfet du Doubs, interdit la circulation des transports scolaires sur l’ensemble du département du mardi 16 janvier à minuit au mercredi 17 janvier à 12h. Pour rappel, Météo-France a placé, ce mardi 16 janvier, le Doubs en vigilance jaune pour un risque de verglas sur l'Est du département jusqu'au matin du mercredi 17 janvier. Chacun est appelé à la prudence.

En raison des conditions météorologiques du moment, composées de neige ou de verglas, Ginko fait savoir que le réseau périurbain s’adapte sur le Grand Besançon,  jusqu’à ce mercredi matin, à 9 heures. Les arrêts matérialisés par un flocon de neige ne sont pas desservis également sur les lignes transports scolaires Diabolo et primaires périurbains. Tout comme la ligne 23 Chamars – La Vèze, entre les arrêts Lecourbe et la Vèze école.

Une période de nette baisse des températures est constatée actuellement en France. Depuis vendredi, une baisse du mercure de presque 10° est apparue. Un froid qui devrait s’intensifier cette semaine. Mardi devrait être la journée la plus froide de la semaine, avec des températures qui pourraient atteindre -15°. Météo France prévoit par exemple -10° à Mouthe et -7° à Saint Laurent-en-Grandvaux mardi matin.

Par ailleurs, selon les dernières données de Météo France, l’année 2023 apparaît en deuxième position des plus chaudes enregistrées en France depuis le début du XXè siècle, tout juste derrière 2022. La température moyenne s’élève à 14,4° contre 14,5° en 2022.

Dans le Jura, les récentes précipitations engendrent des perturbations. Hier, selon la préfecture du Jura, 200 pavillons étaient concernés par des inondations de cave à Tavaux. Le collège de Bletterans sera fermé pour la journée de ce mercredi, en raison d’un risque d’inondation des abords de l’établissement durant la matinée. Des routes sont actuellement fermées entre Fraisans et La Bretenière (RD76), entre Champdivers et Chaussin (RD332), Authume et Dole (RD358) et entre Baverans et Brevans (RD244).

Il fait très froid ce matin dans notre région. On a relevé jusqu’à -21° à la Brévine, dans le Jura Suisse. Si les températures sont très basses ce matin, le ciel devrait rester lumineux ce jour. Aucune précipitation n’est annoncée, avant le retour des précipitations en début de semaine. Le Doubs et le Jura restent en vigilance jaune « crues » et « neige et verglas ».

La Préfecture indique que le département du Jura a été placée en vigilance jaune « pluie et inondation » à compter de ce jeudi, à midi, et jusqu’à ce vendredi 1er décembre. Les cumuls de pluie attendus devraient atteindre 30 à 40 mm,  dès le premier plateau,  et de 15 à 30 mm en plaine. La préfecture jurassienne ajoute que «  ces pluies sont à surveiller dans un contexte de sols déjà très humides ».

Le Doubs et le Jura ont été placés en vigilance jaune « neige et verglas » à partir de ce lundi 27 novembre, à 16h, et jusqu’au mardi 28 novembre. Entre 10 et 15 centimètres de neige sont attendus au-dessus de 700/800 mètres d’altitude. Un vent soutenu, favorisant la formation de congères, est attendu. La limite pluie neige est fixée aux alentours de 400 mètres d’altitude.

En Franche-Comté, les crues n’ont pas été aussi importantes que prévues. A Ornans, le pic de crue, à 2m20, a été atteint vers 00h30. Les dégâts redoutés ne se sont pas produits. Et ce même, si une partie de la ville a eu très peur, et notamment les habitants de la place Courbet. Isabelle Guillame, la maire d’Ornans, est au micro de la rédaction.

L'interview de la rédaction / Isabelle Guillame, maire d'Ornans

 

Dans le village de Doubs, la rivière est également sortie de son lit. Le secteur de la Passerelle a été fermée. Le pic de la crue a été enregistré hier soir, vers 19h. Depuis une stabilité du niveau de l’eau est constatée. Pour l’heure, le centre bourg, ses habitations et ses bâtiments communaux, sont épargnés. Mais la mairie surveillera avec grand intérêt, les pluies attendues dans la nuit de jeudi à vendredi. Tout le monde espère que les crues de janvier 2021 seront évitées.

CRUES DOUBS

A Besançon, le Doubs fait l’objet de toutes les attentions. Les services de la mairie ont été mis en alerte. Cette nuit et ce matin, avec une côte d’alerte à 5,30 mètres, des secteurs bisontins ont été fermés. Avec un tel niveau, les berges bisontines sont submergées. Le chemin de Mazagran et des Près de Vaux ont été fermés en partie. Des batardeaux ont été installés pour éviter que l’eau vienne attaquer le centre-ville. En milieu d’après-midi, le parc Micaud voyait également la rivière  gagner du terrain. Dans ces conditions, les pluies annoncées demain sont redoutés. Et ce, même si le Doubs a tendance a baissé ce mercredi.

Comme le précise Victor Gauvain, chef du service études et travaux et systèmes de réseaux à la Ville de Besançon, les autres cours d’eau sont également surveillés. « Nous avons des projections dans la nuit à plus 30 centimètres maximum. Ce qui est moins important que la nuit dernière où l’on a pris plus d’un mètre de hauteur » précise le technicien.  Pour l’heure, la Ville se veut rassurante quant à la remontée d’eau dans les caves des habitations. « Nous ne sommes pas encore à des cotes qui sont similaires à celles de 2018. On peut espérer passer à côté pour cette fois ».

L'interview de la rédaction / Victor Gauvain, chef du service études et travaux et systèmes de réseaux à la Ville de Besançon