Choix du secteur :
Se connecter :
 

En voie générale et technologique, le Grand oral sonne cette année le glas des épreuves pour les lycéens. Cette épreuve finale se tient du lundi 20 juin au vendredi 1er juillet 2022. Elle est basée sur les enseignements de spécialité à la fin de la terminale. Cette épreuve évalue des compétences essentielles, en particulier l’élocution des candidats. Conviction, capacité à dialoguer et argumenter dans le but d'adopter une distance critique par rapport au projet ; tels sont les éléments essentiels demandés aux lycéens.

Cette épreuve représente un coefficient 10 en filière générale et un coefficient 14 en filière technologique. Le grand oral se déroulera de la façon suivante : 20 minutes de préparation, 5 minutes d’exposé, 10 minutes d’échange sur les spécialités et 5 minutes d’échange sur votre orientation. Nous avons rencontré Julie, élève du lycée Xavier-Marmier, qui nous parlé de son épreuve.

 

Les épreuves de spécialité au baccalauréat, qui auraient dû se tenir en mars dernier, touchent à leur fin ce vendredi. Ces évaluations inédites, qui ont duré trois jours,  s’inscrivaient dans la nouvelle formule de l’examen, initiée en 2018. Les élèves de Terminale sont évalués sur les deux spécialités qu’ils ont conservées en fin de Première. Soit 13 spécialités au total. Il reste encore deux épreuves à passer : la philo et le grand oral en juin.

Un bac en présentiel

Après deux ans de covid, et un bac obtenu en contrôle continu en 2020 et 2021, les candidats de cette année retrouvent la vraie ambiance d’examen, en présentiel.  Cette année, 381.221 candidats en voie générale et 141.978 en voie technologique et 186 200 en bac professionnel se sont présentés. Ce qui fait un total de 710 000 jeunes candidats. 

Samuel, Mattéo et Mélina

Ce jeudi 12 mai, à Besançon, Samuel, un élève du lycée Victor Hugo, a planché sur l’épreuve de mathématiques. Au programme : trois exercices, issus du programme décliné tout au long de cette rentrée scolaire. A l’issue de l’épreuve, l’adolescent était plutôt satisfait.  Son ami Matteo a, quant à lui, travaillé sur une dissertation et une analyse de document en histoire et géopolitique. Il se sent plutôt confiant, même s’il a trouvé le sujet d’analyse de documents plus complexe.  Quant à Mélina, une élève du lycée Jules Haag,  les quatre heures étaient consacrées  à l’AMC ( anglais et monde contemporain).

Un diplôme toujours très convoité

Pour ces jeunes, comme leurs prédécesseurs, l’obtention du baccalauréat est une priorité. La poursuite d’études passe par cette réussite. « Mes tontons m’ont encouragé. Je ne veux pas les décevoir. Je veux réussir » raconte l’un d’eux. Difficile de tirer des conclusions trop hâtives, mais ces futurs bacheliers ne se sentent pas désavantager par rapport aux deux dernières générations parce qu’ils renouent avec les épreuves en présentiel. Bien au contraire.

Le reportage de la rédaction

 

L’académie de Besançon fait connaître ce mardi soir, les chiffres du taux de réussite au baccalauréat, toutes séries confondues, à l’issue du premier groupe. Ainsi, 90,3% des candidats ont obtenu leur baccalauréat dès cette première étape. Une situation identique à 2020.

Le coup d'envoi officiel du bac 2021 sera donné ce jeudi 17 juin. Pour cette nouvelle édition, 11 469 candidats aux baccalauréats professionnel, technologique et général sont dans les starting-blocks. Soit une baisse de 5,5% par rapport à l'année 2020.

Comme chaque année, c'est l'épreuve de philosophie qui lance les hostilités. La grande nouveauté cette année est le grand oral, qui se déroulera du lundi 21 juin au vendredi 2 juillet. Cette épreuve obligatoire est l'une des cinq épreuves terminales de l'examen. Elle vise à évaluer des compétences essentielles comme la maîtrise de la prise de parole de manière structurée et argumentée, et la capacité à développer une réflexion. L'épreuve du Grand oral est notée sur 20 points. Elle représente 10% de la note finale du baccalauréat dans la voie générale et 14% dans la voie technologie.

Les résultats seront connus le 6 juillet prochain. Les oraux de rattrapage se tiendront du mercredi 7 au vendredi 9 juillet.

À trois semaines des épreuves du baccalauréat qui débuteront le 16 juin, suivies quelques jours plus tard par celles du brevet, le SNES-FSU, syndicat d’enseignants, déplore les conditions dans lesquelles ces examens se tiendront. 

"A la suite du CTA consacré à la crise sanitaire qui s'est tenu à la demande des organisations syndicales, celles-ci ont constaté, à l'unisson des remontées de terrain, le déni de réalité du rectorat concernant les problèmes rencontrés par les enseignants et leurs élèves"

Selon le syndicat, aucune précaution n’est prise afin de permettre aux élèves de passer sereinement ces épreuves. Dans un communiqué de presse, il révèle que seulement 3 lycées (Belin à Vesoul, V. Hugo à Besançon, et Jean-Michel à Lons-le-Saunier) sont vraiment en demi-jauge comme préconisé par le ministère depuis la rentrée des vacances de Pâques. De plus, le SNES-FSU indique que la règle de fermeture d’une classe dès le premier cas de Covid semble ne pas être appliqué, certains chefs d’établissement gardant le silence sur les chiffres de contamination. Concernant les autotests, le syndicat condamne aussi le fait que seulement 15% de ceux livrés ont été utilisés. Le SNES-FSU conclut en affirmant que rien n’est envisagé pour pallier les inégalités de traitement entre les candidats qui n’ont pas pu bénéficier des mêmes conditions de scolarité dans tous les établissements cette année.