Choix du secteur :
Se connecter :
 

Un accident s’est produit ce jeudi après-midi sur le Boulevard Churchill. Une moto et une camionnette se sont percutées. Une forte gêne à la circulation nous est signalée.

Un accident de la circulation s’est produit ce matin, vers 7h,  sur l’A39, à hauteur de Sellières. Un poids lourd est seul en cause. On déplore un blessé léger qui a été dirigé sur un centre hospitalier. Cet accident a provoqué un bouchon d’environ 4 kilomètres.

Un grave accident de la route s’est produit ce dimanche, vers 20h15, à Damprichard. Une seule voiture est en cause. L’automobiliste, un jeune homme de 22 ans, est parvenu à sortir de son véhicule après avoir fait plusieurs tonneaux. Lors de sa prise en charge, il était fortement agité et présentait de multiples contusions. Il a été transporté, dans un état grave, à l’hôpital par Dragon 25.

Un accident de la route s’est produit ce samedi, vers 18h, à Bellefontaine (39). Une voiture et une moto se sont percutées. Une personne a été transportée par hélicoptère à l’hôpital. Les deux autres protagonistes sont indemnes. Quatre véhicules et neuf sapeurs-pompiers se sont rendus sur place.

Un grave accident de la route s’est produit hier, vers 18h30, à Vellerot-les-Vercel, une moto et une voiture se sont percutées. Le motard, âgé de 32 ans, est grièvement blessé. Le conducteur de la voiture, un homme de 52 ans, choqué, a également été pris en charge par les secours. Les deux victimes ont été transportées sur l’hôpital de Besançon.

Cette nuit, vers 1h30, les sapeurs-pompiers du Jura sont intervenus à Salins-les-Bains, au lieu-dit Saint-Joseph,  pour un accident de la route impliquant deux voitures. On déplore deux victimes, dont une femme enceinte de 8 mois, plus grièvement touchée. Elles ont été transportées sur le centre hospitalier Jean Minjoz à Besançon.

Un accident de la circulation s’est produit ce mercredi après-midi à l’entrée de Besançon, peu après Micropolis, sur la RN57. Le chauffeur d’un poids-lourd transportant du maïs a perdu le contrôle de son véhicule qui s’est couché sur la chaussée. Une partie de son chargement s’est déversé sur la route. L’homme de 44 ans a refusé son transport à l’hôpital. De gros bouchons se sont formés sur ce secteur durant la prise en charge du véhicule accidenté. Une opération de dépannage est en cours et la circulation routière a été détournée sur la rue de Dole, mais cela a engendré un autre accident à l’angle de la rue Polygone. Les véhicules qui souhaitaient sortir de la ville par la côte de Morre sont à l’arrêt. Idem pour ceux circulant sur le secteur de Beure. Tout le trafic de la RN57 est complétement saturé.

Ce mardi matin, le parquet de Besançon a signé une convention de partenariat avec le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Doubs. Cette signature vient officialiser la mise en œuvre de stages de sensibilisation à la sécurité routière, visant à privilégier une action pédagogique pour les auteurs d’infractions n’ayant pas déjà bénéficié de ce type de mesure.

 

 

Cette convention, une première en France, a été signée avec le SDIS25. Ces stages sont à l’initiative du parquet dans le cadre des alternatives aux poursuites et des mesures de composition pénale, ou en exécution de condamnations. Ils s’articulent selon 5 thématiques : délits affectant la capacité à conduire, conduites addictives, incivilités routières, blessures involontaires non graves et grand excès de vitesse de plus de 50km/h. L’objectif est de faire évoluer les représentations et les comportements habituels liés à la conduite afin d’éviter la réitération de comportements dangereux par les conducteurs.

Pourquoi un partenariat avec le Service Départemental d'Incendie et de Secours du Doubs ? « Parce que ce sont les pompiers, qui au quotidien, assurent la sécurité aux personnes et c'est eux mieux que quiconque qui sont en capacité d'expliquer ce qu'ils constatent, et d'expliquer combien la vitesse, l'alcool et la drogue peuvent entraîner de drames humains au quotidien. En étant confronté à ces véhicules qui ont subi un accident et qui sont complètement désarticulés, et quand on entend ces pompiers qui expliquent ce qu'ils ont vu, ce qu'ils ont constaté, les décès des enfants, des femmes et des hommes, ce sont des choses qui peuvent vraiment toucher. A chaque stage, il y a des gens qui pleurent, qui sont émus » Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon.

 

Comment se déroulent ces stages ?

Les stages rassemblent des groupes d’une vingtaine de personnes durant 12h réparties sur 2 jours. Cette formation comprend notamment un module de gestes de premiers secours, une mise en situation pratique en extérieur simulant un accident grave, ainsi qu’une présentation en salle des causes, circonstances et conséquences réelles d’un accident de la route, appuyées de statistiques, de retours d’expériences et de photos. Le coût à la charge des participants est de 230€, assurant la rémunération des formateurs et la mise à disposition de moyens matériels et pédagogiques adaptés.

 

« L'objectif est de changer complètement de logique, de sortir d'un discours moralisateur et d’être sur une véritable formation. Première journée : le brevet de secourisme de niveau 1. Ensuite, des exercices pratiques tirés d'exemples du quotidien professionnel des pompiers, de leurs interventions des semaines précédentes, pour travailler sur l'altruisme. Le but est vraiment d'attirer l'attention de ces personnes qui ont commis un délit, ou conduit sous l’emprise alcoolique ou de stupéfiants, ou ont refusé d’obtempérer à une sommation de s'arrêter. Ils doivent se rendre compte qu'ils ne sont pas seuls au monde. Et qu’en ayant adopté ce comportement-là, ils ont mis en danger la vie des autres usagers de la route. » Etienne Manteaux, procureur de la République de Besançon.

 

Une peine complémentaire

Ce stage est une peine qui vient en complément d'une suspension ou d'une annulation de permis de conduire, et parfois même en complément de peine de prison avec sursis ou de prison ferme dans des cas plus rares. « Ce moyen est mis en place pour essayer de de ne pas être dans le pur répressif parce qu’on l'est beaucoup, et c'est évidemment nécessaire. Dès lors qu'il y a un relâchement de la répression, les gens se mettent de nouveau à conduire très vite et adopter des comportements dangereux. Simplement, la répression seule n'est pas suffisante. Et l'ambition, c'est d’ajouter à cette répression nécessaire, ce stage qui fait appel à l'intelligence, à l'émotion, et à l’altruisme » souligne Etienne Manteaux.  

Un grave accident de la route s’est produit hier soir, vers 19h, à Baume-les-Dames. Une voiture a fait plusieurs tonneaux. A son bord, le conducteur était inconscient et incarcéré. La passagère, une fillette de 7 ans, est sortie indemne. Un second véhicule, impliqué dans l’accident, s’est arrêté à une centaine de mètres du lieu d’impact, avec à son bord un homme de 24 ans légèrement blessé. Le blessé grave et les deux blessés légers ont été transportés sur l’hôpital de Besançon. Les causes et les circonstances de l’accident restent à déterminer.

Un accident de la circulation entre un car scolaire, avec une trentaine d’enfants à bord,  et une voiture s’est produit ce matin sur le territoire de la commune de la Cluse-et-Mijoux, sur la nationale 57. Heureusement, plus de peur que de mal. Selon les premières informations, le car scolaire se serait déporté sur la gauche, percutant la voiture.

Aucun des véhicules concernés n’a quitté la chaussée. La conductrice, choquée, a été transportée à l’hôpital. Le chauffeur est également choqué. Trois enfants, très légèrement blessés, ont été pris en charge par les secours et transportés à l’hôpital pour y subir des examens de contrôlé également.