Zygènes en Franche-Comté : Plus de la moitié des espèces en danger

D'après les connaissances actuelles, le conservatoire botanique de Franche-Comté pose un constat alarmant : une bonne partie des espèces de Zygènes, des papillons, est en déclin. Une clé d'identification a été publiée et mis a disposition du grand public afin de faciliter leur localisation dans la région.

Zygènes en Franche-Comté : Plus de la moitié des espèces en danger

Le conservatoire botanique national de Franche-Comté vient de mettre en ligne une clé d’identification des Zygènes, une famille de papillons. Elle est disponible sur leur site. Il s’agit d’un document illustré par différentes photographies et une carte de répartition dans la région. Il permet au grand public d’identifier facilement ces papillons dans la nature, pour ensuite faire part, s’ils le souhaitent, de leurs données au conservatoire. Car cette démarche a un but bien particulier : améliorer les connaissances sur ces différentes espèces, notamment sur leur localisation dans la région. Et l’équipe dédiée aux invertébrés au sein du conservatoire ne comporte pas assez de membres pour rassembler toutes les informations. « Peut-être qu’on loupe certaines espèces, explique Julien Ryelandt, entomologiste et auteur de cette clé d’identification. Certaines ne volent que très peu de temps dans l’année donc si on les loupe, c’est fichu ».

 

Des milieux en déclin

Sur les 21 espèces de zygènes connues dans la région, douze sont présentes sur les listes rouges régionales, avec plusieurs niveaux d’alerte : vulnérables, en danger et en état critique de risque d’extinction. Et pour cause, ces papillons ont des exigences écologiques très particulières. Elles s’épanouissent dans certains milieux naturels qui se raréfient, notamment à cause des pratiques agricoles ou bien même, parfois, de l’arrêt de ces mêmes pratiques. Julien Ryelandt nous donne un exemple : si des animaux arrêtent de pâturer sur des pelouses sèches, la végétation arborée peut reprendre le dessus, les milieux se referment et les espèces typiques de ces espaces ouverts régressent. D’autres milieux seraient en déclin, comme certains secteurs humides, drainés en faveur de l’agriculture. Une biodiversité qui s’appauvrit et donc, qui peut mener à une homogénéisation globale des espèces. Pour l’entomologiste, il s’agirait d’une perte pour le patrimoine mais aussi la société humaine. « La pollinisation est importante, notamment dans le secteur économique ».

Pour pallier à ces problèmes, différentes associations mettent en œuvre des travaux de restauration. Par exemple, le Conservatoire d’espaces naturels contacte les propriétaires des parcelles sur lesquelles des espèces patrimoniales ou menacées ont été détectées. Il est question de les aider à mettre en place des solutions, comme du pâturage extensif ou encore bien de la fauche tardive. A l’inverse, pour certains secteurs, la stratégie consiste à laisser la nature reprendre ses droits.

Il faut savoir que si la région connait un déclin de ses milieux et populations de Zygènes, elle porte aussi la responsabilité nationale d’autres espèces. « On peut croire que certaines se portent bien alors qu’il n’y en a plus qu’en Franche-Comté ». Julien Ryelandt vise plus principalement les papillons des Tourbières, auparavant présents dans le quart Nord-Est de la France avant son déclin dans cette partie de l’Hexagone.

 

La clé d'identification est disponible sur le site du conservatoire botanique national de Franche-Comté.

Julien Ryelandt
Created : lundi 10 février 2020 11:25 Categories : Actualités | Actualités locales | Environnement Favoris : Ajouter aux favoris
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.