Besançon / Municipales 2020 : "S'ils continuent d'être aussi nuls, je remporterai l'élection" (JP Allenbach)

Jean-Philippe Allenbach ne mâche pas ses mots.

Besançon / Municipales 2020 :

Lors de sa dernière conférence de presse, qui s’est tenue ce jeudi après-midi, au centre-ville, Jean-Philippe Allenbach, le candidat régionaliste à l’élection municipale de mars prochain à Besançon, n’a pas mâché ses mots. « S’ils continuent d’être aussi nuls », en l’occurrence ses adversaires, il se voit arriver en tête au 1er tour, et remporter la mairie de Besançon la semaine suivante.

Mr Allenbach dénonce « les chamailleries incessantes et leur incapacité à défendre des idées et un programme. « Vous vous rendez compte, Ludovic Fagaut (ndlr : le candidat Les Républicains) est plus vert que les Verts, avec les 30.000 arbres qu’il entend planter en ville » déclare-t-il. Le candidat régionaliste a également la dent dure à l’encontre d’Eric Alauzet (LREM) et Anne Vignot (EELV) qu’il rend responsable «  de la débâcle de la ville de Besançon, après leurs quinze années aux responsabilités ».

Les nouvelles propositions du candidat

Donner plus de pouvoir au quartier, baisser les dépenses de la ville en divisant par deux le nombre d’agents, en menant une politique de non-remplacement des fonctionnaires partant à la retraite, mener un audit sur les subventions accordées aux associations,… . Concernant la fiscalité, il veut bloquer la taxe foncière et faire de Besançon « un paradis fiscal ». Enfin, sur le thème de la sécurité, il promet de renforcer la présence policière à Planoise et aux Clairs Soleils , donner plus de moyens au commissariat délocalisé de Planoise, en assurant une ouverture 7 jours sur 7 et 24h/24. Il armera également la police municipale. L’écologie ne semble pas vraiment être une de ses priorités. « Avant de s’occuper de la planète, mieux vaux se préoccuper de la situation et des difficultés des gens » lance-t-il. A cela s’ajoute ses premières propositions : la création d’un référendum de sécession avec la Bourgogne et d’un référendum d’initiative populaire, le remplacement des horodateurs par le disque bleu, avec les deux premières heures de stationnement gratuite et la gratuité des transports publics le samedi.

Aux municipales de 2001, Jean-Philippe Allenbach avait recueilli 4% des suffrages. Il n’avait pas participé aux autres scrutins ( 2008 et 2014).

L'interview de la rédaction
Created : jeudi 31 octobre 2019 20:43 Categories : Politique | Actualités locales | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Jean-Philippe Allenbach | municipales 2020 | Politique | Ville de Besançon
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.