Choix du secteur :

Le direct

  1. Toute l'actu

Pontarlier : Elle percute les grilles d'une école

18-06-2021 à 21:06 Actualités

Plus de peur que de mal jeudi soir à Pontarlier. Vers 21h, une automobiliste a perdu le contrôle de sa voiture, qui a percuté les grilles de l’école Joliot Curie...

Les jeux avec Plein Air

  1. De la semaine
  2. La Pompe
Pas de jeu actuellement

Pontarlier / Crise des migrants : « je ne peux pas engager la ville sans avoir plus de précisions » ( P.Genre)

C’est le grand sujet d’actualité du moment. De nombreux migrants quittent leur pays pour rejoindre l’Europe. Hier, le Président Hollande a annoncé lors de sa conférence de presse semestrielle que la France accueillera 24.000 réfugiés sur les deux prochaines années. Quelle est la position de la ville de Pontarlier sur ce fait de société ? Nous avons posé la question à Patrick Genre, son maire.

Le Maire de Pontarlier rappelle tout d’abord que « personne ne peut rester insensible à la situation que nous vivons aujourd’hui ». Pour lui, il est également important en pareille circonstance «  de ne pas réagir sous le coup de l’émotion ». Et de poursuivre : « il faut réagir avec raison et dans un dispositif très cadré». L’élu du Haut-Doubs indique « qu’il ne ferme pas la porte ».

« C’est à l’état de définir le cadre et les moyens financiers et juridiques de ce plan d’accueil. Que les collectivités puissent y apporter leur contribution, ce n’est pas du domaine de l’impossible. Accueillir des gens c’est bien, mais il faut aussi les prendre en charge. Tout cela ne s’improvise pas. Il ne faut pas faire des promesses en l’air » commente Mr Genre. L’édile le dit clairement « je ne peux pas engager la ville sans avoir plus de précisions ». D’un point de vue pratique, Patrick Genre souligne que sa ville « n’a pas non plus des milliers de mètres carrés inoccupés ».

« La situation des villes ne sera pas la même. Certaines pourront accueillir des dizaines de personnes. D’autres n’en accueilleront que quelques unes » ajoute-t-il. Avant de conclure : « Nous devons aussi nous préoccuper des personnes, qui sur notre territoire, connaissent également des difficultés ».