La CGT en soutien à un salarié d'une enseigne de restauration rapide menacé de licenciement

"Depuis que son engagement syndical est connu, Toufik ferait l’objet de nombreuses pressions de la part de la direction"

La CGT en soutien à un salarié d'une enseigne de restauration rapide menacé de licenciement

Ce jeudi matin, une quarantaine de manifestants de la CGT se sont réunis devant le restaurant Subway à Besançon. Cette mobilisation intervient suite à la convocation de Toufik, un employé de l’enseigne, en vue d’un éventuel licenciement pour faute grave avec mise à pied conservatoire. Selon le syndicat, cela fait maintenant plus d’un an que le salarié est sujet à de nombreuses pressions au sein de son travail, à cause notamment de son engagement au sein de la CGT.

 

Convocation à un entretien disciplinaire

Selon le syndicat, c’est en se rendant à son travail le mercredi 17 février dernier, sur le site de Chateaufarine, que Toufik s’est vu interdire l’accès au restaurant par la direction. Un courrier lui aurait alors été remis pour le convoquer à un éventuel licenciement pour faute grave avec mise à pied conservatoire, le jeudi 25 février à 9h. S’il n’y a encore pas de motif exact pour justifier ce potentiel licenciement, la CGT argue que depuis que son engagement syndical est connu, Toufik ferait l’objet de nombreuses pressions de la part de la direction. Et selon le syndicat, cet engagement serait la vraie raison de ce licenciement.

« Un an de pressions »

D’après Toufik, cela fait maintenant plus d’un an, dès lors que son engagement syndical a été connu de sa direction, qu’il serait la cible d’innombrables pressions, d’entraves, et de harcèlement. Menaces lorsque des grèves se profilent, sanctions abusives, aucune perspective d’évolution, remarques dégradantes devant les autres salariés, tels sont les agissements que Toufik déplore. Deux plaintes ont été déposées par ce dernier, pour harcèlement moral et discrimination syndicale en juin dernier, et plus récemment le 20 janvier. Pour l’heure, ce sont une quarantaine de manifestants qui se sont donc rassemblés devant l’enseigne de restauration ce matin, afin de soutenir Paul, et de protester pour les libertés syndicales dans la restauration.

Paul Guardado, alias Toufik-de-Planoise
Created : jeudi 25 février 2021 11:50 Categories : Société | Justice | Social | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Besançon | CGT | licenciement | restaurant | syndicats
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.