Procès Daval : Les plaidoiries des parties civiles débutent

"Il y a quelques chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants"

Procès Daval : Les plaidoiries des parties civiles débutent

Ce vendredi, au 5ème jour du procès de Jonathann Daval, les plaidoires des parties civiles débutent. Il est 18h15. Elles seront 4, s'agissant respectivement de Me Cathy Richard, Me Peggy-Anne Julien, Me Jean-Hubert Portejoie, Me Gilles-Jean Portejoie. 

 

Me Cathy Richard, est la première des parties civiles à s'avancer à la barre. Sur un ton solennel, elle débute sa plaidoirie.

"Vous n’entendrez pas sa voix, vous ne sentirez pas son parfum. Personne n’imagine qu’un jour, le fait divers ce sera nous. Alexia aimait le mauve, son mari, sa sœur, ses parents, sa maison, son chat, courir nager, cuisiner, organiser des surprises, voir la joie sur les visages. Écrire des jolies lettres, rédiger des phrases comme on envoie des baisers. Alexia, dont l’image est ternie par des accusations selon lesquelles elle serait dominante, rabaissante, hystérique, violente. On la décrit comme quelqu’un qui empêcherait de respirer, mais elle ne demandait que ça : que son mari marche à ses côtés. Par qui, quand et pourquoi est-elle salie ? Par une seule personne, seulement après sa mort, pour tenter de se justifier. "Pour la faire taire", dit-il. Mais qu’allait-elle dire ?" [...] En s'adressant aux jurés, l'avocate conclut son discours. "Je vous confie Alexia, prenez soin d'elle "

 

Vient le tour de Peggy-Anne Julien.

"Jonathann leur a volé une fille, leur a volé une sœur, et comme si ça ne suffisait pas, il leur a aussi volé leur deuil. Il a même tenté de leur voler leur honneur d’une manière infamante, sans le moindre scrupule. Pourtant, il les voyait souffrir, jour après jour. Il est certainement très serviable mais il est aussi égocentré, ne se préoccupe que de lui. Il est resté sourd aux appels d'Alexia comme il est resté insensible à la détresse des parties civiles. Jonathan souffre mais pour lui-même, il souffre des conséquences de ses actes sur sa vie. Pas pour eux, ni pour elle. Je crois sincèrement qu’Alexia serait immensément peiner de voir qu’à travers elle, Jonathann leur a fait autant de mal. Mais elle serait extrêmement fière de vous tous ". 

L'avocate cite Jean d’Ormesson : "Il y a quelque chose de plus fort que la mort, c'est la présence des absents, dans la mémoire des vivants".

 

Depuis le début de ces plaidoiries, Jonathann Daval n’a pas levé la tête. Il n’a pas croisé un regard. Il a les yeux rivés sur le sol.

 

Jean-Hubert Portejoie, l'avocat clermontois, prend place à son tour à la barre. Il revient sur l'idée de la lutte des classes qui a alimenté ce procès, mais aussi sur le silence et le mensonge de Jonathann Daval. 

 

"Après avoir sali Alexia, comme si ça ne suffit pas, on salit les Fouillot. On refait le procès de la lutte des classes. Les Fouillot présentés comme des notables, des bourgeois qui méprisent les Daval, classe populaire. Ce ne sont pas des notables, il n’y a pas de lutte des classes aujourd’hui dans ce dossier."

"On a eu des excuses mécaniques, sans aucune sincérité. Ces excuses, M. Daval, on ne les prend pas", déclare Jean-Hubert Portejoie.

 "On ne peut pas se satisfaire des bribes d’explications que vous nous avez livrées. M. Daval, vous ne pourrez pas toujours être dans le déni. La vérité, vous ne pourrez pas toujours la taire ! Il faudra parler un jour."

 

Gilles-Jean Portejoie, le dernier avocat des parties civiles, s'avance à son tour à la barre, pour conclure ces plaidoiries. Il commence par saluer le courage et la dignité de la famille Fouillot.

 "Vous avez été, depuis le début de cette affaire remarquables de dignité : jamais dans l’outrance, jamais une once d’animosité dans votre bouche. Cela mérite d’être souligné. Vous êtes des parties civiles hors normes. Je le dis comme je le pense."

 
Il s'adresse ensuite à Jonathann Daval. 
 
 "Je veux vous dire que votre belle-famille avait pour vous une immense affection. Elle ne comprend pas, aujourd’hui, plus que jamais, vos négations et cette défense aussi grotesque qu’abjecte. Vous avez compris ce que je vous ai dit ? C’est parce que, dès le départ, vous avez tenu un discours abject, que nous sommes contraints de tout relater et de tout mettre sur le tapis. On ne doit rien oublier. Et votre attitude d’aujourd’hui nous amène à ne rien oublier."
 
"On attend une décision qui soit à la hauteur de nos souffrances. Qui prenne en considération nos souffrances. Pas simplement les souffrances liées à la mort dans des conditions abominables d’Alexia, mais aussi tous les coups que l’on a reçus et qui ont ajouté de la douleur à notre souffrance. Une décision que nous pourrons comprendre et accepter."
 

Il achève sa plaidoirie par une formule de Paul Valéry : "La fonction la plus essentielle de l’être humain, c’est de créer de l’avenir. Vous entendez Jonathann Daval ?" Ce dernier relève la tête. "C'est ce que je vous souhaite à tous. A vous aussi, Jonathann Daval ".

 

Created : vendredi 20 novembre 2020 18:58 Categories : Faits Divers | Justice | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : affaire daval | alexia daval | jonathann daval | palais de justice | Vesoul
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.