Haut-Jura / Environnement : Le projet "Quiétude Altitude" pour concilier activités pleine nature et biodiversité

A l’occasion des Jeux Olympiques de la Jeunesse 2020, le parc naturel régional du Haut Jura a décidé de mettre en lumière sa nouvelle campagne de prévention et de communication. Au programme, une série de vidéos mettant en scène des athlètes dans leur environnement de pratique et des formations pour les professionnels.

Haut-Jura / Environnement : Le projet
Image d'archives

« Quiétude altitude » est une démarche initiée il y a un an par le parc régional du Haut-Jura. Il s’agit, dans un premier temps, d’une grande campagne de prévention et de communication, visant à prouver que « l’idée de la pratique des activités en pleine nature et le respect de l’environnement sont compatibles », comme l’explique Julien Ruelle, chargé de mission Activités de pleine nature. Et pour cela, certains réflexes sont à adopter. Par exemple, Julien Ruelle nous explique que l’hiver est une période sensible pour le métabolisme des animaux. Certains sont sensibles au bruit, alors mieux vaut éviter de ne pas trop crier pendant la pratique de l’activité. La nuit, les lampes peuvent également être source de nuisance pour la flore. « Ce sont des choses dont on n’a pas forcément conscience de l’impact ».

Le premier volet de cette nouvelle campagne consiste en la diffusion de plusieurs vidéos, sept ou huit au total, dans lesquels des sportifs de haut niveau se sont prêtés au jeu dans leur environnement de pratique quotidien. Ils donnent ainsi leur conseil pour avoir la bonne attitude envers l’environnement. La première vidéo est à retrouver sur la chaîne Youtube du Parc naturel régional du Haut-Jura. C’est Lou Jeanmonnot-Laurent, biathlète membre des équipes de France et licenciée au club de l’Olympic Mont d’Or, qui ouvre le bal. Elle sera, comme les autres vidéos qui suivront, diffusée pendant les Jeux Olympiques de la Jeunesse. Car l’évènement, pour le chargé de mission, est « un bel espace de communication », permettant de toucher précisément la cible et de faire échos à l’une des valeurs essentielles du sport et de l’olympisme : le respect.

 

"Vulgariser" et améliorer

Le deuxième volet de « Quiétude Altitude » devrait être mis en place à l’automne 2020. Il s’agira de formations, ou d’un « espace d’échange » comme Julien Ruelle préfère le décrire, qui seront proposés aux professionnels directement en contact avec les pratiquants. Même s’il y a des cœurs de métiers que le parc souhaite toucher en priorité, tels que les hébergeurs ou les agents des offices de Tourisme, ces temps d’échange seront sur la base du volontariat. « L’idée, c’est de donner accès aux informations sur les enjeux de nos forêts et sur la législation, explique Julien Ruelle. La législation n’est pas forcément très claire pour le premier venu, alors on aimerait vulgariser ça ». L’ambition étant, pour les professionnels, de pouvoir délivrer un message de prévention à leurs clients à leur tour.

L’amélioration de la signalétique fait également partie des enjeux, par exemple au niveau du réseau de ski nordique, sur lequel certaines pistes ne sont pas clairement identifiées. Le but étant de « canaliser les pratiquants sur des sites officiels qui ont été imaginés » pour limiter l’impact environnemental.

« L’essence des activités de plein air c’est d’être libre, de vouloir évoluer là où on où le souhaite... Malheureusement, la réalité c’est que nous sommes aussi chez des gens et sur des zones de protection » conclut Julien Ruelle.

Julien Ruelle
Created : vendredi 17 janvier 2020 16:12 Categories : Actualités | Actualités locales | Environnement Favoris : Ajouter aux favoris
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.