Besançon / Sécheresse : « On va devoir changer nos habitudes »

Pas de reprise de championnat à Léo Lagrange

Besançon / Sécheresse : « On va devoir changer nos habitudes »
A. Vignot. JL Fousseret. A. Ghezali.

C’est en substance ce qu’ont consenti ce matin, au stade d’athlétisme Léo Lagrange », Jean-Louis Fousseret, le Maire bisontin, Anne Vignot, l’élue en charge de l’environnement, et Abdel Ghezali, l’élu en charge des sports.

Soucieuse de la gestion de l’eau et de la préservation de l’environnement en cette période de sécheresse, mais aussi pour montrer l’exemple auprès de ses concitoyens, la Ville a pris plusieurs décisions et arrêtés. Elle suit également à la lettre les exigences de la préfecture du Doubs, qui a placé vendredi le département en alerte sécheresse de niveau 2. Si le Maire de Besançon invite la population à économiser l’eau, il assure qu’il n’y a pas de problème d’alimentation en eau dans la cité comtoise. Cependant, la Ville a pris quelques dispositions notamment au niveau de l’entretien de ses installations sportives. L’objectif étant de réduire la consommation d’eau et respecter les décisions préfectorales, tout en permettant aux licenciés de vivre pleinement leur passion.

Les pelouses des terrains de sport

Ainsi, pour éviter de consommer une trop grande quantité d’eau, le service des sports, en collaboration avec les services espaces verts et eau et assainissement, a émis lidée, tant que la situation le nécessiterait,  d’arrêter l’arrosage de toutes les pelouses, excepté celles du stade Léo Lagrange et de la Malcombe. L’objectif étant de bénéficier de réserves suffisantes pour arroser davantage la pelouse du stade Léo Lagrange, qui vient d’être refaite, et dont les semis ont besoin d’eau pour se développer. Pour l’heure, ce choix doit encore être validé par la préfecture du Doubs, qui ne s’est pas encore positionnée.

Pas de reprise de championnat à Léo Lagrange

Les premiers semis plantés sur le stade n’ayant pas donné la production suffisante, un deuxième essai a été effectué avec des semis beaucoup plus robustes cette fois-ci. Comme cela était prévu, aucune compétition ne pourra se disputer à Léo Lagrange jusqu’au mois d’octobre. La date définitive n’a pas été communiquée. En attendant, il a été convenu, avec les deux clubs utilisateurs de l’infrastructure, le Racing Besançon et le Besançon Football, que les compétitions se disputeront au Rosemont, où une tribune de 350 places y sera installée. Les clubs pourront également profiter de la salle de convivialité récemment rénovée.

Penser autrement les infrastructures et le quotidien

La Ville de Besançon n’a pas attendu ces aléas climatiques pour prendre les décisions qui s’imposent, en termes de préservation et de gestion de l’eau. Les installations techniques des piscines Chalezeule et Lafayette ont été pensées, les points de captage en eau ont été interconnectés pour subvenir plus facilement à un éventuel dysfonctionnement sur l’un d’eux et l’eau usagée des piscines est utilisée pour le nettoyage de la voirie. Mais Jean-Louis Fousseret et Anne Vignot le consentent bien volontiers, il est devenu une nécessité de penser autrement les prochains chantiers. La réflexion est lancée. Elle concerne les installations sportives, mais également tout ce qui touche à la vie de la cité, en termes d’habitat par exemple.

Le reportage de la rédaction à écouter aussi ce mardi à 6h30 et 8h30 à la radio
Created : lundi 29 juillet 2019 16:30 Categories : Sport | Actualités locales | Environnement | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Environnement | Sport | Ville de Besançon
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.