Les abeilles, témoins de la qualité de l’environnement à Pontarlier

Les résultats de cette étude ont témoigné d’une bonne qualité de l’air aux abords de l’installation pontissalienne.

Les abeilles, témoins de la qualité de l’environnement à Pontarlier
Mr Dussouillez, Président de Préval, et deux techniciennes d'Atmo FC

Ce printemps, du 9 mai au 10 juin, Atmo Franche-Comté a mené une étude sur la qualité de l’air aux abords des unités de tri, de broyage et de valorisation énergétique des déchets de Pontarlier. Une action réalisée  conjointement avec Préval Haut-Doubs et Suez.

Pour mener à bien cette expérimentation, deux méthodes ont été mises en place. L’une d’elles, plus traditionnelle, a consisté à enregistrer des données à partir de préleveurs spécifiques. La seconde, dont les résultats obtenus ont été confrontés avec cette première initiative, impliquait des abeilles. Ainsi, les cinq ruches installées dans la zone industrielle de Pontarlier ont été mises à contribution. L’abeille se révélant très sensible à certains polluants présents dans la végétation, l’eau ou encore l’air.

Neuf ruches suivies

Au total, ce sont neuf ruches qui ont été suivies : les cinq ruches de Préval, installées dans la zone industrielle de Pontarlier et soumises à diverses sources directes de pollution et quatre ruches en zone rurale, dites témoins, à la Rivière Drugeon, exemptes de ces influences. Concrètement, les pollens et les miels ont été étudiés afin de vérifier s’ils contenaient des polluants. Trois types de polluants ont été observés : Les Hydrocarbures Aromatiques Polycycliques (HAP), les métaux (plomb, mercure, arsenic, cadmium, nickel) et les dioxines et furannes.

Expériences concluantes

Les résultats de cette étude ont témoigné d’une bonne qualité de l’air aux abords de l’installation pontissalienne. Aucun HAP n’a été détecté dans le miel et le pollen. Des traces de métaux en quantité largement inférieures aux seuils autorisés (pollen) voire indétectables (miel) ont été enregistrées. Les limites de l’OMS pour les dioxines et furannes dans le pollen et le miel ont été respectées. Enfin, le miel de la zone industrielle a présenté les mêmes résultats que celui de la zone rurale.

Préval Haut-Doubs se félicite de ces bons résultats qui confirment le bon fonctionnement des installations pontissaliennes.

Anaïs Detournay ( responsable études et Communication)
Created : mercredi 14 décembre 2016 18:57 Categories : Actualités locales | Environnement | A la une | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Environnement
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.