Conseil municipal : Vote du budget primitif 2021

Un conseil marqué par une nouvelle suspension de séance après une altercation verbale entre L. Fagaut et H. Alem

Conseil municipal : Vote du budget primitif 2021

Un peu plus d’un mois après avoir débattu des orientations budgétaires, le conseil municipal de ce mercredi aura entre autres permis aux élus de voter le budget primitif de l’année 2021. Avant ça, la maire de Besançon a fait appel à Nezha Leftah-Marie de l’ARS, afin de faire un point sur la situation sanitaire sur le territoire.

En préambule de ce conseil municipal du 31 mars, Nezha Leftah-Marie, déléguée départementale du Doubs à l’Agence Régionale de Santé,  est venue présenter la situation épidémique et répondre aux questions des élus au sein de l’assemblée. Des chiffres alarmants ressortent de son intervention, comme le taux d’occupation de lits en réanimation (125%), ou la courbe ascendante de la circulation des variants, principalement anglais et sud-africains. Questionnée sur les capacités du département à vacciner, la déléguée territoriale a rappelé que le Doubs doublait ses capacités. 14 centres de vaccinations sont effectifs dans le département, vaccinant principalement avec les vaccins Pfizer et Moderna. Nezha Leftah-Marie a également alarmé les élus sur la situation des soignants, sur par exemple leur capacité à faire garder leurs enfants. Une inquiétude qui devrait bientôt s’élargir à davantage de professions puisque le président Emmanuel Macron a annoncé ce soir la fermeture des crèches, écoles, collèges, et lycées, pour plusieurs semaines.

Un budget « robuste » pour la majorité

Après cette intervention, le conseil municipal est retourné à sa mission primaire, et à l’ordre du jour, dont faisait partie le vote du budget primitif. La majorité a d’abord présenté son budget. 198 millions d’euros dont un effort inédit d’investissement de 10 millions d’euros par an, soit 250 millions sur les 6 années de mandat au service de la transition écologique et de l’emploi. Élément majeur de ce budget, la rénovation d’écoles et crèches coûtera 60 millions d’euros à la collectivité. Des travaux seront effectués pour permettre par exemple la désimperméabilisation des cours d’école, la végétalisation des extérieurs, ou la réduction de la consommation énergétique des bâtiments. Une nécessité pour la majorité, qui estime que le parc scolaire bisontin ne permet pas à l’heure actuelle de répondre à l’urgence climatique. Pour mettre en place ce budget sans augmenter les taux de fiscalité (impôts), la collectivité a fait le choix de recourir à l’emprunt. L’adjoint aux finances Anthony Poulin a notamment rappelé que les taux actuels étaient très bas, et que la Ville conservait une capacité d’endettement raisonnable avec 4,1 années, quand de nombreuses villes comme Chalon-sur-Saône dépassent les 10 années.

Des doutes dans l’opposition

Le budget présenté par la municipalité et son adjoint Anthony Poulin n’a pas eu le mérite de convaincre l’opposition. Pour Ludovic Fagaut, chef de file du groupe Besançon Maintenant, plusieurs éléments de ce budget font défaut. Dans un premier temps, l’élu émet des doutes sur le recours à l’emprunt. Avec un taux de réalisation d’environ 50% en 2020, Ludovic Fagaut doute de la faisabilité de ce budget primitif 2021 qui contient 10 millions supplémentaires d’investissement. Autre point de désaccord, le montant alloué à la sécurité. Avec 5,3 millions destinés à cet effet, Ludovic Fagaut estime que le montant est trop peu important compte tenu de la situation bisontine, et compte tenu du montant alloué dans d’autres villes comme Orléans (7,8 millions d’euros). Laurent Croizier, du groupe LREM-MoDem-MEI, a à son tour émis des doutes sur une partie de ce budget. Si le président du MoDem du Doubs reconnaît volontiers l’importance de travaux réduisant les îlots de chaleur et favorisant la transition écologique, l’élu ne comprend pas qu’il soit l’élément le plus important du budget d’une ville comme Besançon. Laurent Croizier aurait souhaité davantage « d’ambitions », et que le budget ne soit pas une vitrine EELV, mais bel et bien un budget à la hauteur des ambitions des bisontins. Les doutes de l’opposition ont donc conduit à un vote du budget primitif à 40 voix pour (élus de la majorité), et 15 voix contre (Les 11 membres du groupe Besançon Maintenant, et les 4 du groupe LREM-MoDem-MEI).

Laurent Croizier. Ludovic Fagaut
Created : mercredi 31 mars 2021 22:10 Categories : Politique | Economie | Actualités locales | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : 2021 | Anne Vignot | Anthony Poulin | budget primitif | Conseil municipal | Laurent Croizier | Ludovic Fagaut | Ville de Besançon
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.