Manuel Valls : Les patrons francs-comtois rassurés mais attendent désormais les actes

"Nous sommes très sensibles aux propos. Néanmoins, pour l’instant, ce n’est qu’un discours" explique Jean-Luc Piton.

Manuel Valls : Les patrons francs-comtois rassurés mais attendent désormais les actes
Medef

C’est une première. Jamais un Premier ministre socialiste n’avait obtenu un tel accueil de la part du Medef et des chefs d’entreprises français. Mercredi dernier, à l’ouverture de l’université du Medef, Manuel Valls s’est livré à une véritable déclaration d’amour à l’entreprise, provoquant du même coup une véritable standing ovation de l’assemblée. Rencontre avec Jean-Luc Piton , le responsable du Medef pour le nord Franche-Comté, et chef d’entreprise à Lure.

« Le Premier Ministre a prononcé un discours extrêmement convaincant, auquel nous n’étions pas habitués » explique Jean-Luc Piton. Et de compléter « il a effectivement compris notre problématique. Il est mobilisé pour agir dans le sens de la compétitivité des entreprises. Dans ce cadre là, nous sommes tout à fait disposés à jouer le jeu pour l’avenir de la France. Nous sommes très sensibles aux propos. Néanmoins, pour l’instant, ce n’est qu’un discours.

Une reconnaissance du monde de l’entreprise

Désormais, les patrons français et francs-comtois attendent du concret. Ils demandent « une reconnaissance de ce qu’apportent les entreprises à l’économie, à la nation et aux salariés » et souhaitent une gouvernance qui rende les entreprises plus compétitives, en améliorant leur taux de marge, en baissant le coût du travail et en diminuant le poids de la réglementation, « insupportable pour les entreprises ».

Jean-Luc Piton
Created : jeudi 28 août 2014 18:29 Categories : Economie | Actualités locales | A la une | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : économie | manuel valls | Medef
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.