Grogne des frontaliers : peu de chance de faire reculer le gouvernement

Les travailleurs frontaliers n'ont pas dit leur dernier mot. Ils ont prévu de manifester courant octobre pour défendre le droit d'option. Pour le Conseiller Général Jean-Marie Saillard, il est déjà trop tard.

Grogne des frontaliers : peu de chance de faire reculer le gouvernement
Le poste de douane de Vallorbe (VD), lieu de passage incontournable des travailleurs frontaliers

Les travailleurs frontaliers ne veulent pas baisser les bras... Les associations de défense avaient rendez-vous hier matin au ministère de l’économie à Bercy. Au final, elles n’ont pas rencontré Pierre Moscovici en personne, mais des représentants du ministre, qui ont confirmé la suppression du droit d’option à partir du 1er juin prochain. Et donc un retour à la sécurité sociale avec une cotisation sur salaire.  

Dans ces conditions, la rencontre n’a pas été jugée « concluante » par les représentants des frontaliers qui appellent à manifester le 16 octobre prochain à Paris devant l'Assemblée Nationale et le 20 octobre à Pontarlier.

Le conseiller général du canton de Mouthe, Jean-Marie Saillard, est engagé depuis le début aux côtés des frontaliers et il se montre réaliste. Il y a peu de chance de faire reculer le gouvernement. Néanmoins, il faut être attentif aux conséquences d'un tel changement notamment en ce qui conerne l'emploi dans les compagnies d'assurance qui gèrent actuellement la prise en charge des soins des travailleurs frontaliers, souligne Jean-Marie Saillard.

 

Jean-Marie Saillard, conseiller général du canton de Mouthe
Created : mercredi 2 octobre 2013 08:41 Categories : Politique | Economie | Actualités locales | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Frontaliers | Jean Marie Saillard | manifestation | Pierre Moscovici
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.