L'épilogue du procès Daval : La réclusion criminelle à perpétuité requise

Jonathann est un manipulateur, un simulateur, un menteur. Ce dossier transpire le mensonge.

L'épilogue du procès Daval : La réclusion criminelle à perpétuité requise

Au sixième jour d’une « semaine éprouvante, marquée par beaucoup d’émotions » comme le souligne le procureur de la République de Haute-Saône, Emmanuel Dupic, le dénouement de ce procès qui s’est ouvert lundi devant la cour d’Assises de Vesoul approche. Ce samedi 21 novembre 2020, l’avocat général prononcera ses réquisitions concernant la peine de Jonathann Daval. Ensuite, la défense tiendra sa plaidoirie. L’accusé aura droit à un dernier mot. Et après plusieurs heures de délibération des jurés, aux côtés du président d’audience et de ses assesseurs, le verdict tombera.

 

Emmanuel Dupic, le procureur de la République de Haute-Saône, en s'adressant à la cour et aux jurés : "Je vais en appeler à votre courage, car c'est extrêmement difficile. Au nom du peuple français, du fait de la médiatisation, cette décision sera regardée. Oui, il a voulu la tuer. Je vous demande de prononcer une peine de réclusion criminelle à perpétuité"

 

Les moments forts du discours de l'avocat général : 

 

"Vous allez juger trois morts : l’agonie d’une femme mariée, la crémation et une troisième mort : l’accusation de la famille, accusée de porter ce crime. Je tiens d'ailleurs à saluer la grande dignité des deux familles, alors que les tensions étaient très fortes."

"Vous allez juger au nom du peuple français et pas au nom de l’opinion publique. Vous allez juger un crime particulièrement épouvantable : un mensonge, la dissimulation, la mise en cause d’une famille, une affaire de crime conjugale qui est devenue emblématique compte tenu de la médiatisation"

"Par chance, le lundi, dans un bois isolé, qui n’est pas le parcours du jogging qu’a indiqué Jonathann Daval, un élève gendarme tombe sur le corps. Caché, extrêmement difficile à trouver, assez loin du chemin où s’était garé le véhicule de Jonathann Daval. On était quasiment devant un crime parfait."

L'avocat général aborde un point crucial. Celui du mobile, "extrêmement important dans un crime de sang". « Je ne partage pas cette analyse. En réalité, il l’a tuée parce qu’Alexia voulait le quitter. Elle le lui a signifié. Et ça, ce n’est pas possible dans la construction de Jonathann Daval."

 

"Jonathann est un manipulateur, un simulateur, un menteur. Ce dossier transpire le mensonge. Pour échapper à la justice, oui il l’a dit. Mais aussi pour rester dans cet environnement familial."

 

"Les moments de vérité avec Jonathann Daval, ils sont toujours partiels. C’est toujours une vérité partielle. Cela traduit ce côté manipulateur, depuis le début."

"Durant ce procès, Jonathann Daval transforme la réalité en fonction des circonstances. Vous n’êtes pas face à un serial killer, un meurtrier d’habitude. Vous êtes face à un drame conjugal. Et dans les drames conjugaux, c’est extrêmement rare d’avoir des personnes qui ont cet état d’esprit, cette détermination. Il nous tient tête froidement, cela est très peu courant."

Created : samedi 21 novembre 2020 10:35 Categories : Faits Divers | Justice | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : affaire daval | alexia daval | jonathann daval | palais de justice | peine de prison | procureur | Vesoul
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.