Edouard Philippe / déconfinement : Rencontre avec Fannette Charvier (LREM)

« Certainement que des décisions prises n’étaient pas les bonnes. Maintenant que l’on a des informations à posteriori, on peut toujours porter un regard critique" explique Fannette Charvier.

Edouard Philippe / déconfinement : Rencontre avec Fannette Charvier (LREM)
Fannette Charvier

Fannette Charvier, la députée LREM bisontine, est revenue au micro de Plein Air, sur l’intervention d’Edouard Philippe , ce mardi après-midi, à l’assemblée nationale, lors de la présentation de sa stratégie pour le déconfinement du pays, prévu normalement le 11 mai prochain.

Mme Charvier « salue les annonces qui ont été formulées ce jour ».  Elles permettent d’anticiper l’échéance fixée par le Président de la République, selon elle. Alors que l’opposition de gauche comme de droite dénonce « le flou » qui anime la prise de parole du chef du gouvernement, notamment concernant l’accueil des enfants dans les écoles le 11 mai prochain, à l’inverse, Fannette Charvier les trouve « extrêmement claires », tout en rappelant le calendrier fixé pour l’ouverture des crèches et des écoles à partir du 11 mai, des collèges à partir du 18 mai, en commençant par les 6ès et les 5ès, et les lycées, fin mai, en priorisant les lycées professionnels. Néanmoins, pour Mme Charvier, « l’état ne peut pas tout décider et une réflexion doit être menée localement avec les différents acteurs ».

Des erreurs ont-elles été commises ?

« Certainement que des décisions prises n’étaient pas les bonnes. Maintenant que l’on a des informations à posteriori, on peut toujours porter un regard critique. Cependant, au début de la crise, nous ne disposions pas de toutes les informations » explique Mme Charvier. Et de poursuivre : « On en apprend tous les jours sur ce virus. On réévalue, on réadapte en fonction des nouvelles connaissances que l’on dispose ». Fannette Charvier rappelle que la date du 11 mai ne marque pas la fin de la pandémie. « Nous n’en sommes pas encore sortis. Le déconfinement du 11 mai, si les conditions le permettent, ne permettra pas un retour à la normale. Il est important de se dire que nous allons vivre encore avec le virus. Nous gérons actuellement les conséquences immédiates de la crise. Il est prématuré d’évoquer l’après ».

L'interview de la rédaction
Created : mardi 28 avril 2020 21:07 Categories : Politique | Actualités locales | Société | Santé | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Fannette Charvier | La république en Marche | Politique | santé | société
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.