Dossier d'actualité : L'envolée du Franc Suisse, toutes les réponses

Pour les particuliers qui détiennent des francs suisses, leur pouvoir d'achat en zone euro, comme la France, gagne mathématiquement un peu plus de 15% .

Dossier d'actualité : L'envolée du Franc Suisse, toutes les réponses

Plein Air fait le point.

Que s'est-il passé ?

Jeudi dernier, le cours du franc suisse s'est envolé. Conséquence sur le taux de change, la monnaie s'est très vite échangée à 1 franc suisse pour 1 euro , alors qu'elle s'était stabilisée depuis des mois à 1,20 franc suisse pour un euro. Cette stabilisation était due à un effet artificiel souhaité par la BNS ( la Banque nationale Suisse ). Elle achetait des devises (réserves de change) pour stabiliser le taux de change. Mais cet artifice était temporaire et a présenté des limites pour la BNS. Il devenait trop risqué de détenir des réserves de change trop importantes. Elle a donc supprimé sans crier gare ses achats de devises, et la réaction des marchés a été immédiate.

Quels sont les conséquences ?

Pour les particuliers qui détiennent des francs suisses (comme les résidents Suisses et les frontaliers Français travaillant en Suisse), leur pouvoir d'achat en zone euro comme la France gagne mathématiquement un peu plus de 15% . On peut donc y voir un effet d'aubaine pour tous les consommateurs venant consommer sur le sol Français. Mais comme tous systèmes financiers, il y a un effet de balancier qui pour faire des gagnants, doit faire des perdants. Les perdants sont clairement les entreprises Suisses qui exportent. Elles sont nombreuses à employer des frontaliers. Que ce soit dans le luxe ou dans les montres, les prix des produits à l'export ont donc logiquement flambé de 15%, ce qui constitue un véritable tsunami dans leur économie. Certains industriels Suisses ont d'ors et déjà annoncé leur intention de baisser les salaires, quitte à « friser le code du travail Suisse ».Des conséquences ont été tout aussi immédiates pour la Bourse suisse qui a dévissé.

 Quelle est la suite ?

Toute prévision est impossible. On peut donc s'appuyer sur les conclusions des principaux acteurs de l'économie suisse, dont la BNS. Ils se veulent rassurants sur la réelle capacité de la Suisse à supporter un Franc fort. Thomas Jordan, le directeur de la BNS, a déclaré chez nos confrères du journal « le Temps » et de la « Neue Zürcher Zeitung » que « la réaction des marchés étaient disproportionnés ». Les acteurs de l'économie Suisse sont donc très confiants et voient se dessiner une certaine stabilité. Concernant les acteurs Suisses de l'alimentaire et des produits de consommation qui importent, un Franc fort signifie aussi un pouvoir d'achat en hausse. Il est donc possible qu'ils puissent répercuter ce gain dans le panier de la ménagère.

A plus long terme ?

Selon les experts suisses, une stabilisation de la situation est le scénario le plus probable. Reste à savoir comment les marchés continueront d'évoluer. Les jours qui suivent seront déterminants pour figer ou non la situation. Il est donc nécessaire de rester vigilant.

Toute la rédaction de Plein Air est mobilisée pour vous faire suivre en direct cet évènement, également à suivre dans nos prochains flashs radio.

 

Created : dimanche 18 janvier 2015 12:44 Categories : Economie | Actualités locales | Société | Social | A la une | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : économie | Krach boursier suisse | social | société
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.