Municipales : Jean-Louis Fousseret vise un quatrième mandat à Besançon

Troisième volet ce mercredi de notre série consacrée aux élections municipales des 23 et 30 mars prochain. Après Morteau et Lons le Saunier, on s’intéresse à Besançon. Le socialiste Jean-Louis Fousseret est candidat à sa propre succession, et à droite, on risque encore de payer les pots cassés de la division.

Municipales : Jean-Louis Fousseret vise un quatrième mandat à Besançon

A Besançon, tout semble joué d’avance… La capitale franc-comtoise est aux mains des socialistes depuis 1953 et Jean-Louis Fousseret, qui a officiellement lancé sa campagne lundi soir devant quelque 350 symathisants, n’a - a priori - pas trop de soucis à se faire…

Il devrait selon toute vraisemblance rempiler pour un quatrième mandat, au grand dam de ses détracteurs ou plutôt des détracteurs du tram. A l’image de Philippe Gonon… Le centriste qui avait obtenu 9,5% des voix en 2008 à la tête de la liste du Modem défend aujourd’hui les couleurs de l’UDI. Le conseiller municipal, opposant vigoureux à la politique de Fousseret, aimerait faire bouger les lignes à Besançon. Et pour y parvenir, il rêve le matin en se rasant à une union du centre et de la droite. Début septembre, lors d’une conférence de presse, il l’affirmait haut et fort : « nous gagnerons seulement si nous sommes unis et la victoire viendra du centre, pas de la droite tout seule».

Depuis, pas d’avancée sur un éventuel rapprochement avec le candidat officiellement investi par l’UMP Jacques Grosperrin. L'ancien député n’a pas botté en touche, mais il a simplement rappelée que l’UDI était un parti inféodé à l’UMP… Toujours est-il que pour Philippe Gonon, une union dès le premier tour serait possible, à condition que chacun mette son égo de côté.

Et en matière d’ego, le sénateur Jean-François Humbert en connait un rayon puisqu’il s’est lui-même déclaré candidat, non content de ne pas avoir eu l’investiture UMP. Reste à savoir si cette candidature dissidente ira au bout. D’autant que Jean-François Humbert a connu courant septembre quelques ennuis de santé. Enfin, il y a encore des inconnus dans ce paysage politique bisontin déjà bien garni : on sait que le Front National aura un candidat, mais on ignore encore qui. Quant aux Verts, ils doivent se décider ces jours-ci sur la stratégie à adopter…

Rappelons qu’en 2008, Jean-Louis Fousseret avait été élu dès le premier tour avec 56,76% des voix.

Created : mercredi 2 octobre 2013 07:02 Categories : Politique | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Besançon | Jacques Grosperrin | Jean François Humbert | Jean Louis Fousseret | Municipales | philippe gonon | Politique
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.