A l'approche de Noël, coup dur pour les magasins de jouets

"Si je ne vends pas avant Noël je ne survivrai pas"

A l'approche de Noël, coup dur pour les magasins de jouets
Lydia Journot, directrice du magasin Jouéclub de Morteau.

Alors qu’elles pensaient passer en « commerce essentiel » et rester ouvertes à l’approche de Noël, les enseignes spécialisées dans la vente de jouets ne font pas exception. Elles sont dans l’obligation de ne plus recevoir de client à l’intérieur de leurs magasins. C’est le cas du JouéClub de Morteau. Avec plus de 700.000€ de stock et 60% du chiffre d’affaire réalisé en novembre et décembre, Lydia Journot, la responsable de l’établissement, assure ne pas pouvoir survivre à cette crise si elle ne vend pas avant Noël. Pour maintenir une activité, le JouéClub de Morteau met désormais à disposition un drive, de la vente à emporter, ainsi qu’un click and collect.

Une période cruciale

Sans surprise, Noël est la période la plus propice aux ventes de jouets. Seulement, les clients ne pourront venir faire leurs emplettes à l’approche des fêtes de fin d’année, à cause du reconfinement et de la fermeture des enseignes qualifiées de « non essentielles ». C’est un « drame » pour la directrice du JouéClub de Morteau qui atteste ne pas pouvoir survivre si elle doit suspendre ou arrêter provisoirement son activité. Les mois de novembre et de décembre constituant 60% de son chiffre d’affaire, il serait alors fatal pour Lydia Journot de ne pas écouler un stock de 700.000€, destiné en grande partie à finir sous un sapin de Noël le 25 décembre.

Une adaptation plutôt réussie

La responsable du JouéClub ne s’attendait pas à être touchée de cette façon par la cessation d’activité. Pour elle, le choix balançait entre un couvre-feu, une fermeture le samedi-dimanche, et au moins une ouverture qui s’étendait du lundi au vendredi. « Je suis assez déçue de cette décision » souligne-t-elle. Souhaitant affirmer son mécontentement, Mme Journot a tout de même ouvert son magasin samedi dernier, pour protester contre les grandes surfaces qui avaient l’autorisation de vendre les mêmes produits que son enseigne, en toute légalité. Aujourd’hui, le seul moyen de poursuivre une activité économique passe par des moyens déjà utilisés lors du premier confinement, et qui avaient plutôt bien fonctionnés. Le JouéClub de Morteau met désormais à disposition un drive, de la vente à emporter, un click and collect (mode de vente qui permet au client de réserver en ligne un ou plusieurs produits disponibles en magasin), ainsi que des livraisons pour les personnes ne pouvant se déplacer.


Created : mardi 3 novembre 2020 17:35 Categories : Economie | Actualités locales | Social | Loisirs | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : confinement | jouets | Morteau | Noël
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.