Gilets jaunes : Entre 700 et 800 personnes encore mobilisées à Besançon

Si jusqu’à l’arrivée devant la préfecture, les manifestants ont avancé à l’unisson, des dissonances sont apparus lorsqu’il a fallu choisir d’affronter les forces de l’ordre, qui protégeaient l’administration.



Entre 700 et 800 personnes ont manifesté ce samedi après-midi dans les rues du centre-ville de Besançon. Parmi les manifestants présents, des gilets jaunes, mais aussi des militants d’extrême gauche et d’extrême droite et des syndicats, comme des membres de la CGT.

« Macron et ta clique… des claques » ou « On ne veut pas de miettes, mais une augmentation des salaires et des pensions », pouvait-on lire sur les nombreuses pancartes qui animaient le cortège. Les manifestants ont également réaffirmé leur souhait de voir se mettre en place le RIC, le Référendum d’Initiative Citoyenne, qui tient à cœur les gilets jaunes.

Division

Si jusqu’à l’arrivée devant la préfecture, les manifestants ont avancé à l’unisson, des dissonances sont apparus lorsqu’il a fallu choisir d’affronter les forces de l’ordre, qui protégeaient l’administration. Il faut bien avouer que cet affrontement de fin de manifestation est devenu un rituel pour certains gilets jaunes, rejoints par un petit nombre de casseurs. Le groupe s’est alors scindé en deux. Certains choisissant d’aller au contact des forces de l’ordre. D’autres préférant poursuivre la déambulation en ville. Jusqu’à notre départ, vers 16h30, aucun débordement n’avait été enregistré. Excepté, l’envoi d’un projectile contenant de l’acide, qui, selon certains gilets jaunes, provenait de jeunes qui s’étaient glissés dans le cortège. On notera également l’interpellation préventive de trois individus, qui laissaient supposer qu’ils avaient d’autres intentions que celles de manifester pacifiquement.

Youtube : Created : samedi 22 décembre 2018 17:47 Categories : Actualités locales | Société | Social | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : social | société
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.