Une «tenue d'établissement uniforme» pour répondre à la problématique religieuse dans les établissements scolaires

« Au titre de la religion, des élèves rejettent catégoriquement l’apprentissage de certains chants, faits historiques ou cours liés à la sexualité par exemple » explique Mr Grosperrin

Une «tenue d'établissement uniforme» pour répondre à la problématique religieuse dans les établissements scolaires
Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs

Jacques Grosperrin, sénateur du Doubs ( Les Républicains), rapporteur d’une commission d’enquête après le refus de certains élèves de respecter une minute de silence dans les établissements scolaires de France, après les attentats de janvier dernier, est à l’origine d’une proposition de loi sur le retour d’une «tenue d'établissement uniforme» à l’école. Une réflexion « visant à renforcer les repères républicains  dans les établissements scolaires».

Précisément, le Sénateur propose d'interdire «le port de vêtement manifestant ostensiblement une appartenance religieuse». Au cours de son enquête, Jacques Grosperrin a constaté la présence dans les établissements scolaires, « d’un courant insidieux qui refuse une certaine forme de laïcité ». « Il y a vraiment une revendication religieuse forte. Il faut faire revenir la République et la laïcité à l’école » explique-t-il. Le parlementaire évoque des enseignants et des conseillers d'éducation confrontés «quasiment tous les jours à des tentatives de contournement» de la loi de 2004, qui interdit le port de tenues à caractère religieux dans les écoles, collèges et lycées.

Modulation des allocations familiales pour lutter contre l'absentéisme scolaire.

Jacques Grosperrin précise également que cette situation pose des problèmes pour la bonne dispense de certains savoirs en classe. « Au titre de la religion, des élèves rejettent catégoriquement l’apprentissage de certains chants, faits historiques ou cours liés à la sexualité par exemple ». « Certains jeunes refusent la Shoa, évoquant la théorie du complot » ajoute-t-il. Le Sénateur Franc-Comtois évoque également les dérogations nombreuses, émanant de jeunes filles musulmanes, à certaines activités scolaires. « Qui peut croire qu'à Besançon, par exemple, 50 % des jeunes filles d'une même classe soient allergiques au chlore?» interroge-t-il.

Le texte propose également de rétablir la loi Ciotti de modulation des allocations familiales pour lutter contre l'absentéisme scolaire. Enfin, Jacques Grosperrin entend conditionner l'accès au collège aux élèves justifiant d'un niveau suffisant de maîtrise du français. « Il faut bien parler français pour entrer en sixième. Il faut comprendre les textes, les devoirs et les explications. A ce jour, beaucoup d’enfants scolarisés en CM2 connaissent à peine 200 mots » conclut-il.

Jacques Grosperrin présentera prochainement son travail au Président du Sénat afin qu’il puisse rapidement devenir une proposition de loi, qui sera ensuite votée ou pas par le gouvernement.

Jacques Grosperrin
Created : mardi 22 septembre 2015 16:41 Categories : Politique | Société | Religion | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Jacques Grosperrin | Politique | religion | société
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Dans la même thématique

Naisey-les-Granges : Un enfant renversé par une voiture
21 septembre 2019
Un enfant de 8 ans s’est fait renverser par une voiture ce samedi, vers 11h30, à Naisey-les-Granges. Grièvement blessé, il a été transporté sur le ce...
Faits divers : Accident de la route
20 septembre 2019
Les sapeurs-pompiers du Doubs sont intervenus en début d'après-midi à Lougres pour un accident de la route. Deux véhicules sont entrés en collis...
Doubs : Incendie en cours à Rennes-sur-Loue
20 septembre 2019
Un incendie est en cours à Rennes-sur-Loue. Le sinistre s’est déclaré au niveau de la toiture d’une habitation au centre du village. Les secours sont...
Accident mortel de Mouthe : Appel à témoins
19 septembre 2019
Suite à l’accident mortel survenu hier, jeudi, à 6 heures 15, dans le Risoux, à Mouthe, après « chez Liadet », la gendarmerie lance un appel à témoin...

L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.