Déconfinement : l'hôtellerie dos au mur

« C’est un pansement sur une jambe de plâtre »

Déconfinement : l'hôtellerie dos au mur

Lors de sa présentation du plan de déconfinement, le Premier Ministre Édouard Philippe a annoncé le maintien de la fermeture des restaurants, cafés, et autres bars. Une décision sanitaire logique et comprise par la plupart, mais qui n’empêche malheureusement pas la profession de s’enfoncer un peu plus dans une crise économique dont tout le monde ne ressortira pas indemne.

Appel à l’aide

Bernard Champreux, responsable syndical de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, comprend évidemment cette décision, mais aimerait que des mesures soient prises assez rapidement pour sauver ces commerces : « l’exonération des charges sociales, la continuité du chômage partiel pour nos employés, mais surtout la présence des assurances, qui ne jouent pas le jeu en ce moment ». Des mesures nécessaires qui permettront de limiter quelque peu les chiffres déjà catastrophiques annoncés : « Aujourd’hui à l’échelle nationale, on estime que 30% des établissements ne rouvriront pas ».

D’autres options ?

En attendant, les restaurateurs s’adaptent, en proposant notamment de nouvelles formules à emporter ou en livraison. Une option utile, mais qui ne suffira pas selon Bernard Champreux : « C’est un pansement sur une jambe de plâtre. Ce n’est pas la solution mais cela permet à certains établissements un retour au travail progressif. Peut-être que demain c’est une option qu’il faudra conserver quelques temps, pour des raisons sanitaires mais surtout sociales ».

Interview de la rédaction
Created : mercredi 29 avril 2020 16:43 Categories : Economie | Actualités locales | Société | Santé | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : coronavirus | covid-19 | déconfinement | hôtellerie | restaurants
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.