Cultures urbaines : Le Parkour a ses adeptes à Besançon

Pour joindre cette sympathique équipe : contact.traceursbisontins@gmail.com

Cultures urbaines  : Le Parkour a ses adeptes à Besançon
Kyllian. Sébastien. Alexis

Vous les avez peut-être rencontrés sur un toit, une terrasse ou encore dans un parking…. . Ne croyez pas qu’il n’ont pas la tête sur les épaules et qu’ils sont des casses cous. Alexis, Sébastien, Kyllian et les membres de l’ATB, l’association des traceurs bisontins, aiment se lancer des défis, cherchent l’adrénaline, mais ne prennent jamais de risques inconsidérés. Ils l’assurent, chacun de leurs sauts et autres tentatives et exploits sont appréciés et minutieusement étudiés avant de se lancer. Les garçons le racontent eux-mêmes, parfois lorsque la forme physique n’est pas au rendez-vous ou que le mental n’est pas au beau fixe, ils reportent leur projet. Certes, l’ambiance de groupe peut donner des ailes, mais chacun est invité à ne pas outrepasser ses limites. « Il faut savoir dire non, être à l’écoute de son corps et surtout être humble » expliquent-ils. Une sagesse qui évite les blessures. Les traceurs bisontins sont formels : « tout le monde peut pratiquer le parkour. On évolue à son niveau. C’est aussi une histoire de confiance en soi » précisent-ils.

Comme pour toutes ces disciplines très à la mode actuellement, leurs pratiquants ne veulent pas perdre leur âme et entendent bien défendre les valeurs qui en font des pratiques à part. S’ils ont bien compris les tentatives de rapprochement de certaines grandes marques ou fédérations sportives, en perte de vitesse, les pratiquants font savoir qu’ils veulent conserver leur liberté. Ils l’assurent, l’objectif premier «  c’est que chacun puisse s’exprimer et soit heureux ». Certes, il y a bien des codes et des critères d’exécution, mais le plaisir est ailleurs. Le plaisir de suivre des parcours non conventionnels, de pouvoir diversifier ses terrains de jeu, d’appréhender différents espaces, de se fixer des objectifs, … Autant de possibilités qui rendent cette discipline attractive.

Jusqu’à Barcelone

Les traceurs bisontins apprécient de pouvoir évoluer dans leur cité, qui, malgré sa taille, regorge de « spots » intéressants. Néanmoins, ils aiment aussi se rendre dans d’autres lieux pour se mesurer à d’autres difficultés. Dernièrement, ils sont allés passés deux jours à Barcelone. A Besançon, au fil des années, les rapports avec la police, certains habitants et même la ville, se sont détendus, mais de temps à autre quelques crispations continuent à se faire sentir. C’est sans doute aussi la raison qui les a poussés à créer leur association. Depuis peu, ATB a rejoint la nouvelle salle des cultures urbaines dans le quartier Saint-Claude. « Un outil intéressant pour la formation ». Le collectif ne manque pas de projets. Il réfléchit actuellement par exemple à l’organisation d’évènements.

Pour joindre cette sympathique équipe : contact.traceursbisontins@gmail.com

Le reportage de la rédaction
Created : vendredi 22 mars 2019 20:57 Categories : Sport | Actualités locales | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : cultures urbaines | Jeunesse | Sport
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.