da

Jura : Le témoignage d’un médecin de campagne

Le quotidien d'un médecin de campagne confronté à la gestion du coronavirus.

Jura : Le témoignage d’un médecin de campagne

Comme tous les professionnels de santé de la région qui se reconnaitront, il est en première ligne. Ce médecin de campagne très expérimenté nous raconte son quotidien, et a sacralisé son cabinet. Premier signe visible, le parking, transformé en salle d’attente, il vient chercher les patients un à un. On pourrait le penser débordé, il n’en est rien. «  à cause du virus » dit-il, les personnes sont moins enclines à venir au cabinet ».

Il peut donc se concentrer sur les signes les plus préoccupants du moment, en ligne de mire, la détresse respiratoire.Il reste préoccupé par le caractère brutal de cette dernière.

Comme tous les médecins, il prodigue pour ses patients et pour lui les gestes barrières, et désinfecte scrupuleusement son cabinet entre chaque patient. On ne le sent pas inquiet, il estime disposer du matériel adapté.

A la question, pensez-vous qu’avec la chloroquine, on en fait trop ou pas assez, sa réponse est catégorique : pas assez. « La chloroquine est à prendre au sérieux » dit-il. Avant de compléter qu’elle pourrait être un traitement d’avenir associé à l’azithromycine chez les patients à risques respiratoires.

Il ajoute que la grippe H1N1 reste à surveiller de près, l’autre mal rendu invisible par la pandémie liée au coronavirus.

Created : jeudi 26 mars 2020 06:02 Categories : Actualités locales | Société | Santé | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : santé | société
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.