Interdiction du portable au collège : La loi divise les élèves à Saône

Du côté des adultes, on se félicite de cette loi, « qui clarifie les choses ». « Il n’y a plus de discussion possible désormais » reconnaît Arnaud Sylvand, le principal du collège.

Interdiction du portable au collège : La loi divise  les élèves à Saône

C’est l’une des nouveautés de la rentrée, même si de nombreux établissements scolaires n’avaient pas attendu cette loi avant de légiférer sur cette question. Depuis la rentrée, l’usage du téléphone portable par les élèves dans les collèges est interdit. La loi de juillet 2018 précise les exceptions telles que le recours au portable en cas d’urgence ou pour un usage strictement pédagogique justifié.

Au collège Entre Deux Velles de Saône, les adolescents sont habitués à ce genre de restriction. Cela fait plusieurs années que l’usage du téléphone est prohibé. Certains ont bien tenté de faire changer le règlement intérieur du collège l’an dernier, mais cette année, les plus réfractaires ont bien compris qu’il était inutile d’aller négocier avec le chef d’établissement. La loi a statué et impossible d’y déroger. « C’est la loi. A part aller au ministère, je ne sais pas ce que je peux faire » déclare Selyane avec humour. Cet élève de 3è ne cache pas sa désapprobation. « Cela nous prive d’un divertissement. Je ne pense pas que les portables enlèvent les rapports humains » déclare le collégien, qui aimerait pouvoir regarder des vidéos ou écouter de la musique pendant son temps libre.

D’autres jeunes ne sont pas dérangés par cette décision. Téo y voit même un avantage. « Ca évite de séparer la cour entre deux. D’un côté, ceux qui en ont un . De l’autre, ceux qui n’en ont pas » explique le jeune garçon. Le collégien admet que le téléphone portable permet de créer des relations, mais, selon lui, rien de mieux que d’aller voir les personnes et d’échanger en face à face. Zélie, elle aussi, n’est pas contrariée par cette décision. La jeune fille, scolarisée en 4è, n’a tout simplement pas de portable. Ce qui ne l’empêche pas de vivre avec son temps. « J’estime que je n’en ai pas besoin au collège et pour le moment. J’ai cependant une tablette qui me permet d’aller sur les réseaux sociaux à la maison » précise-t-elle.

Du côté des adultes, on se félicite de cette loi, « qui clarifie les choses ». « Il n’y a plus de discussion possible désormais » reconnaît Arnaud Sylvand, le principal du collège. Isabelle Damien, conseillère principale d’éducation, admet que les ados sont tentés de consulter leur portable, mais globalement les choses ne se passent pas trop mal.Le matin, à l’arrivée au collège, on éteint son appareil et on le range dans son sac de cours. L’idée de se le faire confisquer et devoir faire appel aux parents pour le récupérer fait réfléchir à deux fois avant de transgresser.

Mr Sylvand, le principal, Mme Damien, la CPE et Selyane, Zelie et Téo.
Created : vendredi 7 septembre 2018 15:01 Categories : Actualités locales | Education | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : education
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Dans la même thématique

Besançon / Pauvreté : Vivre avec 540 euros par mois
8 novembre 2018
Comme chaque année, à pareille époque, le Secours Catholique vient de sortir son traditionnel rapport sur la pauvreté en France. Au niveau national, ...
Besançon : Forum théâtral sur le mal-être au travail
8 novembre 2018
La mutualité Française Bourgogne Franche-Comté propose le débat théâtral « ma santé, j’y travaille », ce vendredi 9 novembre de 18h30 à 20h, à l’espa...
Besançon / Centenaire de la Guerre 14-18 : Une exposition à découvrir à l’Hôtel Clévans
6 novembre 2018
Dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale, l’Hôtel de Clévans, située 4 rue Lecourbe à Besançon, accueille une exposition richement ...
Besançon : Le climat scolaire, un vrai sujet de société
5 novembre 2018
S uite à l’incident survenu au sein d’un établissement scolaire de Créteil, où un lycéen a pointé une arme factice en direction d’une enseignante pen...

L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.