Besançon / Education : Lancer une réflexion ambitieuse sur la mixité sociale dans les collèges bisontins

Le collectif souhaite que la répartition des adolescents s’effectue sur l’ensemble des établissements scolaires bisontins et des alentours.

Besançon / Education : Lancer une réflexion ambitieuse sur la mixité sociale dans les collèges bisontins
Le collège Voltaire

A Besançon. Dans le cadre du projet de fusion des collèges Voltaire et Diderot, implantés dans le quartier Planoise, les membres du collectif « pour une réelle mixité sociale au collège » se sont rassemblés, ce mercredi après-midi, devant le conseil départemental du Doubs pour demander un autre projet. L’objectif étant que cette nouvelle répartition des jeunes « ne soit pas que comptable », mais prenne aussi en compte la notion de mixité sociale, « importante pour la vie d’un établissement scolaire et la réussite de tous les élèves » explique Nicolas Bousquet, parent d’élève. Ce mercredi après-midi, une délégation a été reçue par un représentant de la collectivité locale.

Rappelons que pour gérer les sureffectifs que connaîtra à la rentrée prochaine le collège Diderot, l’éducation Nationale et le conseil départemental du Doubs, qui s’est vu confier la gestion de la carte scolaire, ont proposé de réaliser une fusion de ces deux établissements scolaires. Autrement dit, le projet initial consistait à scolariser les élèves de 6è et de 5è à Voltaire et les 4è et 3è à Diderot. Cette proposition n’a pas convaincu les parents et les syndicats d’enseignants, qui préconisent une autre organisation plus ambitieuse. Ils souhaitent que la répartition des adolescents s’effectue sur l’ensemble des établissements scolaires bisontins et des alentours.

Actuellement, le taux d’enfants issus de catégories socioprofessionnelles défavorisées est estimé à 43% à Voltaire, la moyenne départementale et nationale étant de 40%. « Cette équilibre est très fragile. Il convient de ne pas le remettre en cause » explique Mr Bousquet. Et de poursuivre : « Cette proposition va dégrader la situation du collège Voltaire, sans régler le problème du collège Diderot ». Selon Mr Bousquet, qui s’appuie sur des statistiques nationales, un taux de 40% d’élèves issus d’un milieu défavorisé doit être tenu pour que le vivre ensemble et le climat scolaire soient favorables au sein d’un collège.

Pour l’heure, la discussion avec le représentant du conseil départemental du Doubs n’a rien donné. Le collectif ayant été invité à contacter le directeur académique pour relancer la discussion sur ce sujet et trouver une issue favorable. Affaire à suivre.

Nicolas Bousquet ( parent d'élève)
Created : mercredi 7 février 2018 19:26 Categories : Actualités locales | Education | A la une | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : education
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.