Taxe sur les transferts : La proposition de loi de M. Zumkeller débattue ce jeudi à l’Assemblée Nationale

Le député Zumkeller propose que l’état définisse un montant de transfert à partir duquel le club pro sera taxé.

Taxe sur les transferts : La proposition de loi de M. Zumkeller débattue ce jeudi à l’Assemblée Nationale

Le 7 décembre prochain, le député belfortain UDI Michel Zumkeller présentera devant les députés son projet de loi visant à instaurer une taxe sur les transferts de sportifs professionnels. Le 29 novembre, le parlementaire l’a déclinée en commission des Affaires Culturelles et de l'Education. « Cette proposition de loi a pour objectif de soutenir les associations sportives locales, en assurant une solidarité réelle entre le sport professionnel et le sport amateur » explique Mr Zumkeller. Et de poursuivre : « Les grandes fédérations imposent de plus en plus de contraintes aux bénévoles. Ce qui représente un coût. Dans le même temps, lorsque l’on allume son téléviseur, on voit des transferts de joueurs avec des centaines de millions d’euros. On se dit qu’il y a peut être la possibilité de trouver une passerelle pour que le sport professionnel soutienne le sport amateur, dont la plupart de nos grands champions sont issus ».

Des centaines de millions d’euros

Le député Zumkeller propose que l’état définisse un montant de transfert à partir duquel le club pro sera taxé. « Quand un grand club est capable de mettre 225 millions d’euros pour s’acheter un joueur. Il peut mettre 10 millions de plus pour aider le sport amateur » répond Michel Zumkeller à ceux qui lui reprochent de vouloir affaiblir le sport français.

Michel Zumkeller
Created : samedi 2 décembre 2017 10:06 Categories : Politique | Sport | Actualités locales | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Michel Zumkeller | Politique | Sport
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.