Narumi Kurosaki : Une nouvelle zone de recherche identifiée dans le secteur dolois

Les derniers examens des données de localisation issues du téléphone portable du suspect ont permis d’identifier une nouvelle zone de recherche, dans la continuité de celle déjà scrutée dans le secteur dolois.



Edwige Roux-Morizot, Procureur de la République de Besançon

Ce matin, la Procureure de la République de Besançon a dressé le bilan des investigations menées et celles en cours dans l’affaire Narumi Kurosaki, cette jeune étudiante japonaise portée disparue depuis le mois de décembre dernier, alors qu’elle apprenait la langue française au CLA à Besançon.

Pour l’heure, le corps reste introuvable, mais les enquêteurs bisontins ont la certitude que la jeune femme n’est plus en vie. Ils affirment également que le corps est resté sur le sol français. L’implication de son petit ami chilien, Nicolas Zepeda Contrera, semble ne faire aucun doute. « Des indices graves et concordants mettent en cause ce jeune homme » a déclaré la Procureure de la République.

Les derniers examens des données de localisation issues du téléphone portable du suspect ont permis d’identifier une nouvelle zone de recherche, dans la continuité de celle déjà scrutée dans le secteur dolois. Les secteurs de Crissey, Gevry et Choisey vont désormais être passés au peigne fin. De nouvelles ultimes recherches pour tenter de retrouver le corps de la jeune femme.

Par ailleurs, dans le courant de l’année 2018, une demande d’extradition officielle sera adressée à la cour suprême chilienne. Rappelons que pour donner toutes ses chances à cette demande d’aboutir, les autorités françaises avaient préféré reporter cette démarche. Avec les nouveaux éléments obtenus, le Parquet de Besançon espèrent une issue favorable. Si cela échoue, il pourrait être demandé que Nicolas Zepeda Contreras soit jugé au Chili ou une assignation à comparaître à Besançon pourrait être transmise au jeune homme, avec la forte probabilité qu’il ne réponde pas à cette convocation. Un procès par contumace aurait alors lieu. En fonction de tous ces éléments, le procès pourrait se tenir dans le courant de l’année 2019.

Created : jeudi 30 novembre 2017 12:47 Categories : Faits Divers | Actualités locales | Justice | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Faits divers | Justice
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.