Santé : 11 lits supprimés en chirurgie à Pontarlier, «ça suffit » !

"La santé des patients passe également par la santé du personnel"

Santé : 11 lits supprimés en chirurgie à Pontarlier, «ça suffit » !

Ce matin à Pontarlier, infirmiers, médecins, ou encore aides-soignants se sont réunis devant l’hôpital pour dénoncer la suppression de 11 lits en chirurgie dès le 1er juillet.

A l’appel du syndicat Force Ouvrière, ils se sont réunis afin d’informer la population, les premiers concernés par la baisse de moyens alloués aux services publics, et notamment aux soins.

Après la suppression de 10 lits en 2016, les personnels de santé disent stop. "L'hôpital ne peut pas être géré comme une entreprise. Nous nous occupons de la santé des gens, elle ne peut pas être rentable" explique Sophie Richard secrétaire générale FO du Centre Hospitalier Intercommunal de Haute-Comté.

La chirurgie ambulatoire, une solution ? 

Avec ces suppressions de lits en chirurgie, la solution est d'effectuer la majorité des opérations en chirurgie ambulatoire, autrement dit le patient se fait opérer le matin et le soir il est de retour chez lui.

"Nous ne sommes pas contre la chirurgie ambulatoire, mais elle a ses limites. Le patient ne peut pas rentrer chez lui seul, il est obligé d'être accompagné toute la soirée et la nuit qui suivent l'opération. Il peut être amené à revenir le lendemain pour faire ses pansements et effectuer le suivi médical. S'il y a le moindre problème post-opératoire, nous ne pouvons pas être là pour lui" confie Sophie Richard.

"La santé n'a pas de prix !"

L’agence régionale de santé du Doubs, a demandé à l'établissement de réduire les coûts de 3,8 millions d’euros d’ici 2021, ce qui implique des suppressions de lits, et des suppressions de postes.
Sur le Centre Hospitalier Intercommunal de Haute-Comté ces efforts financiers concernent l'hôpital, mais aussi le service psychiatrie et les EHPAD.

"Nous effectuons des heures sans arrêt pour combler le manque de personnel. Nous allons bientôt nous retrouver à une infirmière pour 30 patients. En attendant nous nous épuisons, et quand certains d'entre nous craquent, les autres doivent être là pour faire le travail. C'est un cercle vicieux, la santé des patients passe également par la santé du personnel" explique Sophie Richard remontée contre les baisses de moyens alloués à la santé. 

Sophie Richard secrétaire générale FO du Centre Hospitalier Intercommunal de Haute-Comté
Created : vendredi 29 juin 2018 17:33 Categories : Actualités | Politique | Economie | Actualités locales | Santé Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Agence Régionale de la Santé | Centre Hospitalier Intercommunal de Haute-Comté | économie | hôpital | patients | Politique | Pontarlier | santé
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter

COMMENTAIRES SUR CET ARTICLE

 
+1 #1 Merci le gouvernementFroggy25570 29-06-2018 21:29
Moi je suis aide soignant en Ehpad et pour nous c’est pas pareil nous somme géré comme une entreprise mais tout cela est dû aux personnes qui nous gouverne commençant déjà par les directeurs d’hôpitaux et ensuite notre cher gouvernement qui ne se rend pas compte de ce que nous vivons
 

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.