Grand Pontarlier : Comment assurer la pérennité de la ressource en eau ?

« L’eau n’est pas un bien garanti à vie. C’est une ressource qui est fragile. Il faut que l’on prenne toutes les mesures pour améliorer et garantir cette alimentation en eau nécessaire à la vie au quotidien » conclut Patrick Genre.

Grand Pontarlier : Comment assurer la pérennité de la ressource en eau ?
La ville de Pontarlier

C’était l’une des préoccupations des élus en 2017. Elle le reste en 2018. Et ce, même si la situation des nappes phréatiques du secteur pontissalien n’inspire plus d’inquiétude. « En tout cas, pour le moment » insiste Patrick Genre, le Président de la Communauté de Communes du Grand Pontarlier (CCGP). Il est vrai qu’en 2017, Mr Genre et Gérard Rognon, l’élu en charge du dossier au Grand Pontarlier, avaient tiré la sonnette d’alarme en constatant le niveau très bas des nappes phréatiques sur leur territoire. Fort heureusement, la neige et les fortes pluies de l’hiver sont passées par là. « Il n’empêche que la réserve en eau est loin d’être assurée » tempère Mr Genre. Et de compléter : « Tout ce qui a été dit l’année dernière sur la structure même de l’alimentation et de la ressource en eau demeure ».

C’est la raison pour laquelle un travail, qui s’accompagnera d’actions coûteuses mais indispensables, est actuellement mené. Dans un premier temps, la réflexion consiste à définir les moyens à mettre en œuvre pour réduire la consommation individuelle ou collective d’eau et améliorer le rendement de sa distribution, sans oublier de poursuivre la recherche de nouveaux puits de captage sur le territoire pontissalien pour sécuriser l’alimentation par la plaine de l’Arlier et garantir une qualité et une quantité d’eau suffisante. En parallèle de ces initiatives, un épage (établissement public d’aménagement et de gestion de l’eau) verra le jour avec pour mission de gérer toute la problématique liée à la ressource en eau sur une partie du Doubs. Preuve que ce sujet fait l’objet de toutes les attentions. Il est largement évoqué et présent dans les politiques locales et notamment lorsqu’il s’agit de réfléchir à l’avenir et à l’élaboration des documents portant sur l’aménagement du territoire de demain. « L’eau n’est pas un bien garanti à vie. C’est une ressource qui est fragile. Il faut que l’on prenne toutes les mesures pour améliorer et garantir cette alimentation en eau nécessaire à la vie au quotidien » conclut Patrick Genre.

Patrick Genre, Président de la Communauté de Communes du Grand Pontarlier
Created : mardi 15 mai 2018 15:34 Categories : Actualités locales | Environnement | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : Environnement
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Dans la même thématique

Devecey : Le projet d’usine de méthanisation ne se concrétisera pas
12 mai 2018
Le projet d’implantation d’une usine de méthanisation à Devecey, près de Besançon, n’aura finalement pas lieu. La municipalité l’a annoncé aux opposa...
Jura : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle
7 mai 2018
Quelques mois après les inondations et coulées de boue du 22 au 24 janvier dernier, sept communes jurassiennes ont été reconnues en état de catastrop...
Parc éolien Jura Nord : Le projet suit son cours
5 mai 2018
Une première étape dans la construction du parc éolien Jura Nord La Comtoise vient d’être franchie. Au cours du mois d’avril, les études préalables d...
Inondations : Trois nouvelles communes en état de catastrophe naturelle
2 mai 2018
Suite aux fortes inondations et coulées de boues du début d'année, trois nouvelles communes du Doubs ont été reconnues en état de catastrophe na...

L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.