Education nationale / Parcoursup : Le Rectorat de Besançon dresse un premier bilan

Plein Air fait le point.

Education nationale / Parcoursup : Le Rectorat de Besançon dresse un premier bilan
F. Muyard, Vice Pdt de l'UFC chargé de la formation et de la vie étudiante. M. Dvorsak, chef du service académique de l'information et de l'orientation

Parcoursup poursuit son petit bonhomme de chemin. A moins d’une semaine de la pause due aux épreuves du baccalauréat, l’éducation nationale explique que sur les 812.000 candidats inscrits sur Parcoursup en France, 610.000 ont reçu une proposition, que tous n’ont pas encore accepté. Soit un taux d’environ 75% des effectifs. Des chiffres sensiblement identiques à ceux de l’académie de Besançon. Pour Maurice Dvorsak, le chef du service académique de l’information et de l’orientation, ces données sont meilleures que celles réalisées à pareille époque par l’ancienne plateforme APB.

Que faire en cas de réponses négatives ?

En cas de réponses négatives, les candidats peuvent saisir la commission d’accès à l’enseignement supérieur. Actuellement, 70 dossiers sont gérés par cette instance. Cette dernière se mobilise pour accompagner au mieux les candidats et leur proposer une réponse en adéquation avec leurs souhaits et leurs résultats scolaires. Certains ont été invités à prendre rendez-vous auprès d’un conseiller d’orientation de l’éducation nationale. D’autres pourraient rejoindre une classe passerelle pour consolider et approfondir leurs connaissances et envisager ensuite une poursuite d’études plus sereine. Maurice Dvorsak l’assure, « chaque cas fait l’objet d’une attention toute particulière ». Pour les candidats qui n’ont pas encore obtenu de réponses, l’éducation nationale appelle à la patience. La situation devrait notamment s’améliorer encore après la proclamation des résultats du bac.

370 nouvelles places créées

Pour répondre au mieux aux demandes, 370 places supplémentaires ont été créées pour la prochaine rentrée à l’université et en BTS. C’est le cas par exemple en STAPS où un DEUST « animation et gestion des activités physiques, sportives et culturelles » verra le jour à Montbéliard. Hors IUT, la commission des vœux de l’université de Franche-Comté a reçu 22.872 vœux pour 5.089 places. Précisons que certains candidats ont formulé plusieurs vœux. 89% d’entre eux ont reçu une réponse positive. 1500 jeunes se sont vus attribuer la réponse « oui si ». Ce qui signifie qu’un contrat individuel de réussite sera établi avec l’étudiant. Plusieurs solutions sont possibles : une licence en 4 ans ou encore un accompagnement spécifique en fonction de ses difficultés. Un suivi et une aide assurés par des enseignants ou des étudiants.

Maurice Dvorsak
Created : mercredi 13 juin 2018 17:11 Categories : Actualités locales | Education | Jeunesse | Actualités Favoris : Ajouter aux favoris Tags : education | Jeunesse
Réduire Augmenter Taille du texte

Pour postez un commentaire vous devez vous connecter


Dans la même thématique

Besançon : Un centre de loisirs géré par un policier à Planoise
17 octobre 2018
L e projet verra le jour en début d’année 2019. Il s’inscrit dans le cadre de la police de sécurité du quotidien, mise en place dans le quartier Plan...
Besançon / Education : Comment renforcer les liens « école-entreprise » ?
16 octobre 2018
Ce mardi, à Besançon, le collège Voltaire accueillait le 1 er salon des actions « relation école-entreprise » à destination des enseignants et person...
Sécheresse : La région va débloquer une aide de 10  millions d’euros
11 octobre 2018
La décision devrait être entérinée ce vendredi lors de l’assemblée plénière.Il faudra néanmoins obtenir l’aval de l’Europe et de l’Etat pour agir. Ap...
Besançon / Fête de la science : L’ENSMM vous ouvre ses portes
11 octobre 2018
L’ENSMM, l’école nationale supérieure de mécanique et des microtechniques, ouvre ses portes ce samedi 13 octobre de 9h à 18h à l’occasion de la fête ...

L'inforoute

Merci de sélectionner votre zone éditoriale, ceci ne changera pas le contenu de la page que vous avez demandée.